2003-04 : montée en Ligue 1

Photo : Sylvain Letouzé (Le pays d'Auge)

 

Debout  : Sarr, Ben Askar, Hengbart, Hébert, Elana, Dumas
Accroupis : Mazure, Grougi, Deroin, Rankovic, Seube.

Enfin la stabilité.
En conservant son entraîneur, le club retrouve une stabilité qu'il n'avait pas connue depuis trois saisons. Dans cette logique,  le recrutement n'est pas clinquant : il s'agit d'améliorer une équipe qui a très bien fini le championnat précédent et seules des retouches sont apportées. Le défenseur central lavallois Aziz Ben Askar, joueur expérimenté de division 2, vient épauler Franck Dumas qui a resigné pour un an. Un milieu offensif serbo-monténégrin, Ljubisa Rankovic, arrive pour occuper le côté gauche. Il a été formé au Partizan de Belgrade avec lequel il a joué la coupe de l'UEFA, et a fait un détour exotique par la Corée et la Chine. Rigueur financière oblige, le club ne renouvelle que le bail de son capitaine tandis que les autres joueurs en fin de contrat partent : il s'agit de Garcion, Aubry, Hriscu et Braud. De même, Zanotti négocie le rachat de sa dernière année et quitte Caen. Pour épauler Elana, Malherbe recrute le jeune gardien cannois Vincent Planté.
Bodmer en ligue 1.
Mathieu Bodmer qui, la saison écoulée, est passé de la consécration nationale en août, avec deux sélections espoirs, à la mise à l'écart du groupe aux deux tiers du championnat (on lui reproche son manque de détermination), est transféré à Lille. Malheureusement, après une année en demi-teinte, la somme touchée est bien moindre que celle qui aurait été obtenue en cédant le joueur un an auparavant mais il était impossible de prévoir cette dégradation de la situation d'un brillant élément. Un autre espoir du club, Diarra, part à Sochaux. Il s'agit là de la conséquence d'une erreur administrative, le SMC ne lui ayant pas proposé dans les délais son premier contrat professionnel, de même qu'à Lesoimier et Lemaître. Heureusement, ces deux derniers restent mais cette maladresse conduit au licenciement de Michel Bérard. Un autre jeune, Yohan Eudeline, arrive de Mondeville.
Deux Yougoslaves à Caen.
Peu après la reprise, des problèmes d'efficacité conduisent au recrutement d'un second Serbo-Monténégrin, l'attaquant Zoran Jovicic, international et ancien joueur de l'Etoile Rouge de Belgrade et de la Sampdoria de Gênes. Au tiers du championnat, Alex Di Rocco, lassé de ne pas jouer, trouvera un accord avec le club pour être libéré de son contrat.
Ouf, Watier ne trouve pas preneur.
Par contre, Watier, annoncé partant quasi certain pour Angers à l'intersaison ne trouvera pas preneur et restera pour s'épanouir au poste de milieu droit.
 

Arrivées

Rankovic (Zemun), Ben Askar (Laval), Planté (Cannes), Eudeline (Mondeville), Jovicic (Sampdoria).

Départs

Bodmer (Lille), Coquerel (Beauvais), Diarra (Sochaux), Aubry (arrêt), Garcion, Hriscu, Braud (Dijon), Zanotti, Isabel (Dives), Di Rocco.

Derniers.
Après des matches amicaux prometteurs, Malherbe commence la saison plein d'espoirs en réalisant un bon nul à Troyes. Deroin égalise peu avant la fin sur un penalty qu'il doit retirer alors que Sarr avait permis à son équipe de mener à la pause. Mais les retrouvailles avec d'Ornano se passent mal : contre Clermont, Caen, auteur d'une excellente première période, touche deux fois les poteaux et encaisse un but peu après la reprise. Si Sarr égalise, Deroin rate cette fois un tir au but et Clermont double le score aussitôt. C'est le début d'une mauvaise passe pour le SMC qui perd aussi Mazure et Sarr sur blessure, Watier faisant alors son retour.
Le réveil.
Après cinq rencontres, Caen n'a toujours pas gagné et se retrouve dernier à deux points des Angevins qu'il reçoit. Dans un match tendu, Rankovic ouvre le score après une demi-heure de jeu puis Malherbe réussit à conserver son avantage.
 

CAEN-ANGERS 1-0 (Rankovic)

Elana; Hengbart, Ben Askar, Dumas, Seube; Bakour, Deroin, Eudeline (Lesoimier 73è), Rankovic; Watier, Sarr (Hébert 66è)

Libérés, les Caennais s'en vont triompher 3-0 à Niort où la réussite sourit enfin puis, accrocheurs, renversent le score en seconde période face à Gueugnon avec un doublé de Sarr, remontant ainsi à la dixième place. Malherbe obtient alors des résultats plus conformes aux espoirs initiaux.
Deux anniversaires et un hommage.
La venue de Saint-Etienne est l'occasion de célébrer deux anniversaires : les quatre-vingt dix ans du club et les dix du stade d'Ornano. Après un match difficile mais valeureux, les Caennais trouvent l'ouverture peu avant la fin grâce à un coup-franc de Watier. L'après-match est un pur moment d'émotion avec l'inauguration de la tribune Borrelli précédant un feu d'artifice.
 

CAEN-SAINT ETIENNE 1-0 (Watier)

Elana; Hengbart, Ben Askar, Dumas, Seube; Hébert (M'Beng 84è), Bakour, Eudeline, Rankovic (Suares 90è); Watier, Sarr (Jovicic 64è)

Remontée inexorable.
Après cette célébration, Caen continue sa série d'invincibilité en alternant succès à domicile et nul à l'extérieur. La victoire la plus probante est obtenue contre Lorient suite à une remarquable prestation. Après un 0-0 méritoire à Sedan avec une équipe réduite à dix par l'exclusion d'Hébert, Malherbe arrache trois points significatifs à d'Ornano face au troisième Amiens, Watier concluant sur un penalty à la dernière minute des arrêts de jeu. Caen gagne à Besançon juste avant la fin du match mais le derby contre Rouen, première rencontre opposant ces deux équipes en championnat depuis 1988, voit cette fois l'adversaire marquer dans le temps supplémentaire pour obtenir l'égalisation. Le SMC termine les matches aller, ce qui coïncide avec la trêve, sur une victoire 2-0 à Nancy suite à un doublé de Mazure, en totalisant alors quatorze rencontres consécutives sans défaite en championnat. Il est quatrième, à six points du leader Istres conduit par Gravelaine, et sur les talons de Saint-Etienne et Lorient.
Sur le podium.
A la reprise, l'équipe continue sa marche en avant en recevant Le Havre pour les trente-deuxièmes de finale de la Coupe de France. C'est encore Watier qui délivre ses coéquipiers en obtenant puis en transformant un penalty à douze minutes de la fin. Mais le héros des deux rencontres suivantes est le jeune Lemaître : ayant peu joué durant la première moitié de la saison, il avait envisagé de partir au mercato, mais était finalement resté. Titularisé à Clermont, il y ouvre un score qui sera finalement de 2-2 après que Caen ait mené deux fois. Malherbe parvient enfin dans les trois premiers en battant le leader Istres 2-1 devant 17000 spectateurs. Jovicic marque son premier but en championnat après vingt minutes mais Gravelaine (qui frappera la transversale à l'ultime instant) égalise peu après la mi-temps et c'est Lemaître, d'une superbe frappe lointaine qui signe la victoire caennaise. Il aura fallu seize matches pour parvenir sur le podium.
Petit passage à vide.
Malheureusement, la série s'arrête à Grenoble qui gagne in extremis grâce à un penalty et c'est Laval qui vient ensuite s'imposer à d'Ornano. Malherbe se trouve même éliminé en huitièmes de finale de la Coupe en perdant 1-0 à Amiens. Néanmoins, l'équipe se reprend et Watier retrouve son rôle de libérateur des dernières minutes à Angers, puis un peu plus tard lors de la réception de Châteauroux après laquelle on revoit Caen à la troisième place. Malgré une défaite à Geoffroy-Guichard à l'issue d'un match mal appréhendé mentalement, les Malherbistes s'installent plus solidement encore à cette position de promouvable en remportant nettement le derby contre Le Havre puis en gagnant à Lorient chez l'adversaire direct le plus redouté. C'est encore Watier, de retour sur ses terres, qui signe un but dans les derniers instants par un superbe tir brossé en lucarne.
 

LORIENT-CAEN 2-3 (Lemaître, Ben Askar, Watier)

Elana; Hengbart, Ben Askar, Dumas, Seube; Hébert, Deroin, Eudeline, Lemaître (Zubar 89è); Watier, Sarr (Jovicic 79è)

Montée assurée chez le voisin.
Après un revers à domicile face à un Créteil négatif, Caen reprend sa marche en avant, l'apogée étant atteinte à Amiens avec un succès sans appel 3-0 (dont un doublé de Mazure) qui souligne la maîtrise collective de l'équipe. Le SMC obtient la certitude de monter en gagnant 2-1 à Rouen chez son voisin lanterne rouge.
 

Dauphins des Verts.
Les deux derniers matchs à domicile donnent à l'équipe l'occasion de communier avec son public et voient deux victoires sans bavure. Malherbe est très proche d'obtenir le titre mais Saint-Etienne parvient à emporter celui-ci à quatre minutes de la fin du championnat.
Dumas tire sa révérence.
Peu importe finalement : le véritable événement de la dernière journée est l'hommage rendu à Franck Dumas qui dispute son dernier match avant de rallier le staff technique. Il sort sous les applaudissements peu avant le coup de sifflet final et, une nouvelle fois, la soirée se termine par un feu d'artifice.
 

CAEN-TROYES 3-0 (Mazure, Hengbart, Eudeline)

Planté; Hengbart, Ben Askar, Dumas (Clément 89è), Seube; Hébert, Deroin (Bakour 91è), Eudeline, Rankovic; Mazure, Sarr (Zubar 87è)


HOMMAGE A FRANCK DUMAS


Effectif (matches joués)

Gardiens

Elana (36), Planté (1)

Défenseurs

Suares (10), Clément (16-1), Zubar (25-1), Seube (29), Ben Askar (33-4), Hengbart (37-2), Dumas (30), M'Beng (6)

Milieux

Grougi (6), Bakour (27), Deroin (36-4), Hébert (35), Lemaître (19-4), Lesoimier (10), Rankovic (24-1), Eudeline (32-6), Watier (32-12), Mawéné (1)

Attaquants

Sarr (30-9), Mazure (23-10), Di Rocco (5), Jovicic (19-1), Gouffran (2)

Victoire d'un collectif.
Au terme de sept saisons de division 2, Caen retrouve donc l'élite. Après un départ délicat, l'équipe a su se reprendre et sa solidarité ainsi qu'une organisation rigoureuse portée vers l'offensive lui ont ensuite permis un parcours régulier et sans véritable baisse de régime, contrairement à bon nombre de ses opposants. 12636 spectateurs de moyenne ont assisté à cette progression, avec deux affluences à plus de 20000. Watier s'est montré le meilleur buteur avec onze réalisations, Mazure concluant à dix reprises et Sarr neuf fois.

CHAMPIONNAT : LIGUE 2

Matches aller

Matches retour

TROYES-CAEN 2-2

CLERMONT-CAEN 2-2

 CAEN-CLERMONT 1-2

CAEN-ISTRES 2-1

 ISTRES-CAEN 3-1

 GRENOBLE-CAEN 2-1

 CAEN-GRENOBLE 0-0

 CAEN-LAVAL 1-2

 LAVAL-CAEN 1-0

 ANGERS-CAEN 0-1

 CAEN-ANGERS 1-0

CAEN-NIORT 2-2

NIORT-CAEN 0-3

 GUEUGNON-CAEN 0-0

 CAEN-GUEUGNON 2-1

CAEN-CHATEAUROUX 1-0

CHATEAUROUX-CAEN 1-1

 SAINT-ETIENNE-CAEN 1-0

 CAEN-SAINT-ETIENNE 1-0

CAEN-LE HAVRE 3-1

LE HAVRE-CAEN 1-1

 LORIENT-CAEN 2-3

 CAEN-LORIENT 2-0

CAEN-CRETEIL 1-2

 CRETEIL-CAEN 0-0

VALENCE-CAEN 0-2

CAEN-VALENCE 4-1

CAEN-SEDAN 1-0

SEDAN-CAEN 0-0

AMIENS-CAEN 0-3

CAEN-AMIENS 2-1

CAEN-BESANCON 1-1

BESANCON-CAEN 0-1

ROUEN-CAEN 1-2

CAEN-ROUEN 1-1

CAEN-NANCY 2-0

NANCY-CAEN 0-2

CAEN-TROYES 3-0

2ème, 71 points, 20 victoires, 11 nuls, 7 défaites, 56 buts marqués, 31 buts encaissés

COUPE DE FRANCE

7ème tour

CAEN-LAMBALLE (CFA 2) 3-2

8ème tour

CHANTILLY (DH)-CAEN 0-3

32èmes

CAEN-LE HAVRE (L2) 1-0

16èmes

CAEN-CANNES (N) 1-0

8èmes

AMIENS (L2)-CAEN 1-0

 

Les gardiens du Stade Malherbe

Benoît Murguia, Steeve Elana et Vincent Planté

Benoît Costil, champion d'Europe avec l'équipe de France des moins de 17 ans

 

Pour visualiser l'effectif 2003/04

 

2002/03

 

Accueil

 

2004/05