2005-06

Photo : Alexandre Lucas (www.smcaen.fr)

 

 Debout : Planté, Ben Askar, Thiam, Hengbart, Valero, Eudeline.
Accroupis : Lesoimier, Zubar, Deroin, Seube, Samson.

Patrick Parizon, recherche diplômé.
Patrice Garande est de retour comme adjoint et paradoxalement, il faut lui trouver un supérieur, qui plus est titulaire du diplôme d'entraîneur professionnel (que Garande obtiendra néanmoins en fin de saison). Après avoir été longtemps sur la piste Bazdarevic, le club décide de confier ce rôle à Franck Dumas (toujours directeur sportif) dans la continuité de la fin de la saison précédente. Néanmoins, ce dernier n'est pas diplômé non plus et il est finalement fait appel à Patrick Parizon, que Caen avait trouvé sur sa route à la tête de Niort, de 1986 à 1989 et qui, entre-temps, était notamment passé par Grenoble, Amiens, Martigues et la Côte d'Ivoire. C'est donc une direction tricéphale, menée par Dumas, qui prend la tête du secteur sportif malherbiste. Stéphane Roche est dirigé vers la formation, celle-ci étant confiée à Sébastien Bannier après la retraite de Roger Fleury. Un troisième gardien expérimenté, Branger, est engagé pour être aussi préparateur physique.
Départs en nombre.
Une descente implique la plupart du temps un nombre important de départs et celle-ci ne déroge pas à cette règle. Danjou retourne à Ajaccio, les fins de contrats Idrissou, Rankovic, Jovicic, Sarr, Bakour, Suares et Elana ne se voient pas offrir de prolongation et les Belges retrouvent leur championnat. Watier s'en va dans sa Bretagne natale, libéré après six années de bons et loyaux services qui auront fait de lui le meilleur buteur de l'ère moderne du club. Mazure est transféré à Saint-Etienne. Peu après le début de la saison, Faye est prêté, puis transféré, à Troyes.
Recrutements et prolongations.
Les trois meilleurs buteurs des années Remy étant partis, il s'agit de reconstruire une attaque. L'arrivée de Lilian Compan fait partie du transfert de Mazure : barré chez les Verts, c'est néanmoins un buteur qui a prouvé son efficacité en division 2, ainsi qu'à Créteil et à Châteauroux. Il arrive cependant après une période d'inactivité liée à une fracture du tibia, même s'il a repris l'entraînement. Stéphane Samson, normand formé au Havre, est également un joueur efficace à ce niveau, comme il l'a montré au Mans et à Clermont. Les autres éléments offensifs sont les jeunes Valero, Gouffran (qui glissera souvent au poste de milieu droit), Grandin, déjà intégrés à l'effectif, et, plus tard, Julien Toudic. Danjou est remplacé par le solide Istréen Brahim Thiam tandis qu'Oumar Bakari, jeune prometteur mais à la sulfureuse réputation, vient en milieu défensif. Enfin, Grougi est de retour d'un prêt à Cherbourg. Par ailleurs, le club réussit à conserver Hengbart, en fin de contrat, et Zubar, international espoir convoité. Le Messin Gregory Leca, un milieu défensif ayant régulièrement opéré en ligue 1, signe après les quatre premiers matchs, suivi peu après par le Troyen Nicolas Florentin qui est un milieu offensif gauche.
 

Arrivées

Thiam (Istres), Branger (Gueugnon), Compan (Saint Etienne), Grougi (Cherbourg), Bakari (Laval), Leca (Metz), Traoré (Mondeville), Florentin (Troyes)

Départs

Bakour (Istres), Danjou (Ajaccio), Watier (Guingamp), Elana (Brest), Idrissou (Hanovre), Mazure (Saint Etienne), Dufer (Bruges), Dugardein (Mouscron), Jouan (Mondeville), Faye (Troyes), Suares (Most), Sarr, Rankovic (Sète), Jovicic, Berrier (Beauvais)


La réserve, mélange de jeunes et de professionnels .

Retrouvailles difficiles.
Caen retrouve la Ligue 2 avec la volonté avouée de remonter, mais la réalité s'avère délicate. Un score de 3-2, dans la lignée de la fin de la saison passée tout comme les erreurs défensives qui l'accompagnent, sanctionne un déplacement à Créteil, d'où Eudeline sort indisponible pour plusieurs mois. Le match contre Amiens étant repoussé à cause de la réfection de la pelouse, c'est à Reims que Malherbe s'incline ensuite lors d'un match où Planté est expulsé. Cela permet au grand espoir Benoît Costil d'effectuer ses débuts à d'Ornano. Malheureusement, s'il se révèle à la hauteur, ce n'est pas le cas d'une équipe battue 2-0. Après un déplacement manqué à Laval, Malherbe est dernier, à dix points de la troisième place, loin de son ambitieux objectif.
Lentement mais sûrement ...
Après un tel départ, l'équipe essaye d'abord de se rassurer défensivement et marque son premier point à l'issue d'un nul 0-0 lors de la réception de Guingamp. C'est ensuite la venue d'Amiens qui permet de retrouver aussi l'efficacité offensive et un 3-0 net et sans bavure remet Malherbe sur les rails pour une spectaculaire remontée au classement. Si les Caennais ne parviennent pas à l'emporter à Sète où ils sont rejoints sur le fil ainsi qu'à Istres lors d'une rencontre reportée pour cause d'invasion ... de moustiques, ils optiennent des victoires probantes à Dijon et à Clermont ainsi que lors de la réception de Lorient.

CAEN-LORIENT 1-0 (Compan)

Planté; Hengbart, Ben Askar, Thiam, Seube; Zubar (Leca 80è), Deroin, Lemaître, Florentin; Gouffran (Grandin 84è), Compan

Compan, notamment, montre son efficacité de buteur et, après être revenu à la huitième place, Caen élimine Strasbourg 1-0 au deuxième tour de la coupe de la Ligue au terme d'une revanche au goût un peu amer. C'est au total pendant onze matchs de championnat que les Caennais restent invaincus mais trop de nuls (sept) freinent la progression arithmétique et Malherbe se retrouve dixième après un échec au Havre, sans avoir repris un seul point au troisième. Néanmoins, en battant Bastia 4-1 à d'Ornano avec une détermination les conduisant à finir à neuf après les expulsions de Planté et d'Hengbart, les Caennais, menés par un efficace Samson, se reprennent bien. Après cette victoire, Deroin est opéré de l'épaule et restera absent deux mois. Deux matchs plus tard, c'est la mi-championnat et elle est atteinte à la sixième place, à sept points des Corses qui sont troisièmes. La dernière rencontre de l'année est malheureusement une défaite 2-0 à Guingamp en coupe de la Ligue, avec un but sur la fin du revanchard Watier, alors qu'Eudeline avait raté un pénalty juste avant la mi-temps.
Une semaine apocalyptique.
Si la nouvelle année débute honorablement par un nul à Amiens et une qualification 4-0 en coupe de France chez les promotionnaires de Longuenesse. Mais en une semaine, le ciel tombe sur la tête des Caennais. Faute d'avoir aligné suffisamment de joueurs ayant disputé les deux rencontres précédentes (six au lieu de sept), Malherbe est éliminé de la coupe sur tapis vert (appel et recours à la justice n'y changeront rien) tandis qu'en championnat, l'équipe est battue par Reims 3-1 à d'Ornano et va perdre à Valenciennes contre un des trois premiers. Avec quatorze points de retard sur le podium, la montée est désormais bien hypothétique.
La chevauchée fantastique.
Le moral est en berne du côté des joueurs mais ils arrivent à se reprendre, plutôt laborieusement dans un premier temps. La venue à d'Ornano de deux équipes en difficulté, Laval et Sète, leur permet de renouer avec la victoire tout en allant chercher un nul à Guingamp. L'écart avec le troisième s'est réduit à huit points, l'équipe joue plus libérée, loin - à ce moment - de toute pression. Elle fait un match nul 1-1 chez un des favoris, Sedan, en ratant une balle de 0-2, et, deux journées après, va s'imposer sans coup férir chez un autre prétendant, Lorient.

LORIENT-CAEN 1-3 (Lemaître, Sorbon, Deroin)

Planté; Hengbart, Sorbon, Thiam, Seube; Zubar, Deroin (Matic 87è), Gouffran, Florentin (Lemaître 46è); Valéro (Toudic 76è), Samson

L'objectif n'est plus qu'à six points mais, télévision oblige, il a fallu aller en Bretagne un lundi et c'est la même semaine que Malherbe reçoit un Dijon euphorique qui profite d'une certaine lassitude caennaise pour partager les points. Ce match nul est le dernier de la saison ! Le SMC aligne alors une improbable mais fantastique série de sept victoires consécutives, son record depuis 1970 ... L'équipe y prouve des vertus morales retrouvées, gagnant in extremis à d'Ornano contre Gueugnon et Châteauroux grâce à ses défenseurs Hengbart et Seube mais dominant largement les voisins havrais 4-1 avec un doublé de la révélation Gouffran. A l'extérieur, Malherbe est irrésistible à Montpellier et héroïque à Bastia. Face à une équipe corse qui craque, il faut d'abord résister aux joueurs pour, en deuxième mi-temps, assurer un succès sportif 2-0, puis au public dont une partie envahit Furiani dix minutes avant la fin ...
Drame en deux actes.
A la veille de l'avant-dernière journée, Caen est revenu à la quatrième place mais surtout, il est ex-aequo avec le troisième Lorient, seulement devancé de deux unités à la différence de buts. Deux joueurs importants blessés, Zubar et Compan, manquent à l'appel mais son programme semble plus favorable : il se rend à Brest, une équipe qui n'a plus gagné depuis douze rencontres tandis que Lorient se déplace chez le leader Valenciennes qui cherche le titre. Malheureusement, pris à froid au début de chaque mi-temps par une équipe qui lutte pour se maintenir, les malherbistes retrouvent leurs vieux démons et ne maîtrisent pas la pression, parvenant juste à réduire le score. Les Lorientais échouent aussi d'un but, ce qui fait que la situation est la même avant la dernière journée pour laquelle les deux protagonistes reçoivent. Face à Créteil, devant 20376 spectateurs, les Caennais commencent mal en encaissant un but à la deuxième minute mais se reprennent très vite et, après un quart d'heure dantesque symbolisé par un Gouffran en état de grâce, mènent 3-1. A l'issue d'une mi-temps d'une rare intensité, ce score les envoie en ligue 1 car Lorient est tenu en échec par Reims. Hélas, les Cristolliens resserrent la garde, la transversale s'en mèle par trois fois et le score n'évolue plus tandis que les Lorientais trouvent l'ouverture en finissant sur le même score de 3-1. La déception est immense, à l'image de l'enjeu, Malherbe restant en ligue 2, devancé par un adversaire qu'il a battu deux fois. 

L'union sacrée

CAEN-CRETEIL 3-1 (Gouffran 2, Florentin)

Planté; Hengbart, Sorbon, Thiam, Seube; Leca (Valéro 74è), Deroin, Florentin, Lemaître (Eudeline 54è); Samson (Toudic 61è), Gouffran

Jimmy Hébert donne le coup d'envoi


Effectif (matches joués)

Gardiens

Planté (36), Costil (4)

Défenseurs

Seube (37), Ben Askar (15), Hengbart (32-1), Thiam (26-1), Sorbon (34-2), Traoré (3), Faye (1)

Milieux

Grougi (7), Deroin (27-7), Hébert (2), Zubar (31), Lemaître (28-3), Lesoimier (11), Eudeline (17-1), Matic (13-2), Bakari (8), Leca (25-2), Quellier (3), Florentin (27-4), Gouffran (32-8), Mawéné (1)

Attaquants

Compan (27-9), Samson (29-11), Valero (17), Grandin (19-1), Toudic (3)

Maudits ?
Pour la deuxième année consécutive, Malherbe a donc échoué sur le fil à l'issue d'un final mouvementé. Quand il s'en faut d'aussi peu, la moindre anicroche peut servir d'explication : un début peu glorieux, une première remontée trop souvent marquée par le match nul, une pression mal supportée à Brest ou la barre transversale contre Créteil. Finalement, peu importe, seule restent la tristesse mais aussi, dans ce cas, l'exaltation d'une fantastique fin de parcours avec l'espoir de la continuité dans la performance pour le championnat suivant. Caen, avec 12866 spectateurs, a réalisé la meilleure moyenne en ligue 2. Samson avec onze buts et Compan auteur de neuf ont été raisonnablement efficaces, même si le second nommé a souffert physiquement, ce qui se comprend au vu de son problème initial. Gouffran a été la révélation offensive, marquant huit buts et Sorbon s'est installé durablement en défense centrale. Un fidèle quitte le club après dix ans : Jimmy Hébert, pour lequel l'expression de bons et loyaux services semble avoir été créée.

CHAMPIONNAT : LIGUE 2

Matches aller

Matches retour

CRETEIL-CAEN 3-2

 AMIENS-CAEN 1-1

 CAEN-AMIENS 3-0

CAEN-REIMS 1-3

REIMS-CAEN 2-0

 VALENCIENNES-CAEN 2-1

 CAEN-VALENCIENNES 0-2

CAEN-LAVAL 2-1

 LAVAL-CAEN 1-0

 GUINGAMP-CAEN 0-0

 CAEN-GUINGAMP 0-0

CAEN-SETE 1-0

SETE-CAEN 1-1

 SEDAN-CAEN 1-1

 CAEN-SEDAN 1-1

CAEN-ISTRES 1-0

ISTRES-CAEN 0-0

 LORIENT-CAEN 1-3

 CAEN-LORIENT 1-0

CAEN-DIJON 1-1

DIJON-CAEN 0-2

 GRENOBLE-CAEN 0-2

 CAEN-GRENOBLE 0-0

CAEN-CLERMONT 2-1

 CLERMONT-CAEN 0-3

CAEN-GUEUGNON 1-0

GUEUGNON-CAEN 2-2

MONTPELLIER-CAEN 1-3

CAEN-MONTPELLIER 0-0

CAEN-LE HAVRE 4-1

LE HAVRE-CAEN 2-0

BASTIA-CAEN 0-2

CAEN-BASTIA 4-1

CAEN-CHATEAUROUX 2-1

CHATEAUROUX-CAEN  1-1

BREST-CAEN 2-1

CAEN-BREST 3-1

CAEN-CRETEIL 3-1

4ème , 66 points, 18 victoires, 12 nuls, 8 défaites, 56 buts marqués, 35 buts encaissés

COUPE DE FRANCE

7ème tour

TREMBLAY (DHR)-CAEN 1-5

8ème tour

CAEN-LOCMINE (CFA2) 2-0

32èmes

LONGUENESSE (PH)-CAEN 0-4
(Caen battu sur tapis vert)

 

Pour visualiser l'effectif 2005/06

 

Sept victoires consécutives n'auront pas suffi

 

2004/05

 

Accueil

 

2006/07