2009-10

Photo : Alexandre Lucas (www.smcaen.fr)

 

Debout , 3ème rang : Nabab, K.Traoré, Leca, Sorbon, Bosmel, Thébaux, Perquis, M.Traoré, Heurtaux, Yatabaré, I. N'Diaye. 
Debout , 2ème rang : Deschamps, Raineau, Quellier, Van la Parra, Inez, Branger, Garande, Peteyrens, Seube, El-Arabi, Langil, Florentin
Assis, 1er rang : Nivet, Barzola, Proment, Deroin, Dumas, Fortin, Tafforeau, Toudic, Eluchans, Fall, Gacoin.

Impératif montée.
Caen retrouve cette ligue 2 qu'il connaît trop bien, avec deux impératifs contradictoires. Le premier tient à une division du budget par deux et le second à la volonté d'avoir une équipe capable de remonter immédiatement. L'analyse du décevant échec de la saison passée conduit néanmoins le club à renouveler sa confiance en Jean-François Fortin puis celui-ci à conforter Franck Dumas dans son rôle prédondérant dans le domaine sportif. Pour réaliser l'équilibre financier, Malherbe est conduit à vendre certains joueurs sous contrat. C'est ainsi que les anciens Lemaître et Planté rejoignent Nancy et Saint-Etienne et que Ben Khalfallah est transféré à Valenciennes avec Gomis. Costil, de retour de prêt, part à Sedan et c'est donc Alexis Thébaux qui est chargé de remplacer Planté. Mais, bien entendu, c'est le départ de Savidan qui doit constituer l'apport principal. Malheureusement, avant de signer à Monaco, une visite médicale révèle une faiblesse cardiaque chez le joueur qui ne peut dès lors qu'arrêter sa carrière. Mazure arrête de même sa carrière professionnelle, n'ayant pu se remettre de ses blessures à répétition. Le recrutement est réduit et repose sur des prêts. On assiste au retour des défenseurs Inez et Heurtaux, malherbistes de formation tandis que Langil, milieu offensif gauche, et Kandia Traoré, avant centre expérimenté sont mis à la disposition de Caen par Auxerre et Sochaux. Le seul réel transfert est le retour de Gregory Tafforeau, arrière gauche parti à Lille en 2001. Malherbe réussit aussi à garder ses cadres Seube et Nivet et fait signer leur premier contrat aux espoirs prometteurs El Arabi, Yatabaré et Nabab, tous attaquants capables d'évoluer en milieux offensifs. C'est avec un effectif où l'expérience côtoie la fougue de la jeunesse et où l'homogénéité et l'équilibre permettent de garantir une meilleure ambiance dans le groupe, que le SMC aborde un championnat où il n'a pas le droit d'échouer.



Arrivées

Traoré (Sochaux), Inez (Cherbourg), Heurtaux (Cherbourg), Langil (Auxerre), Tafforeau (Lille), O.N'Diaye (Vannes)

Départs

Savidan (arrêt), Ben Khalfallah (Valenciennes), Gomis (Valenciennes), Costil (Sedan), Lemaître (Nancy), Planté (Saint Etienne), Boucansaud (Montceau), Mazure (arrêt), Adnane (Angers)

La course en tête.
Le premier match officiel voit une défaite en coupe de la Ligue à Sedan, 2-0 après prolongations mais peu importe. L'essentiel reste le championnat et la réception de Nantes, autre relégué et favori, est l'occasion d'affirmer les ambitions, même en étant privé de Seube blessé aux abdominaux pendant la préparation. Une demi-volée de Toudic donne le seul but d'un match bien contrôlé par les Caennais.

Une tête d'El Arabi permet aux malherbistes de gagner in extremis 2-1 à Bastia et, après avoir battu Dijon à d'Ornano, ils se présentent à Châteauroux pour un duel de co-leaders. Même s'ils sont rejoints sur un penalty, les Caennais confirment leur maîtrise technique et leur solidité. Un troisième 1-0 à domicile, avec un but contre son camp et un sauvetage d'Inez sur sa ligne, est ensuite le résultat d'un autre match de premiers ex-aequo contre Arles-Avignon. Caen assume parfaitement son rôle de favori et s'échappe petit à petit en tête de la ligue 2. Imbattables à domicile, capables d'égaliser deux fois à Strasbourg, les Caennais creusent l'écart. Quatre victoires d'affilée trouvent leur apogée contre Vannes où Malherbe remonte deux fois au score et gagne 4-2 avec un doublé de Langil. A la douzième journée, Caen est un leader invaincu qui possède sept points d'avance sur le deuxième et surtout, dans l'optique de la montée, dix sur le quatrième.
Champions d'hiver.
La série s'arrête à Brest où les malherbistes en retrait physiquement subissent la domination d'un adversaire en pleine ascension. Mais, même s'ils concèdent ensuite un nul face à Tours, ils continuent leur brillant parcours en atomisant Nîmes chez lui 4-0 avec un doublé d'Eluchans.  La réception du Havre, deuxième à sept points, est l'occasion d'un nouveau sommet gagnant. El Arabi et Langil concrétisent la domination malherbiste et permettent à leur équipe de s'envoler au classement. Les trois matches restant du parcours aller voient la météo jouer un rôle décisif. Le vent est violent à Istres où les Caennais, menés 2-0 à la mi-temps, auraient cependant pu égaliser si Barzola n'avait pas raté son penalty. Pour la réception de Laval, c'est la neige qui étale son blanc manteau sur la pelouse de d'Ornano et Caen perd sur le fil un avantage pris dès la première minute grâce à Langil. Pour finir, Metz-Caen est reporté à cause de cette même neige, cette fois trop abondante. Cela n'empêche pas Malherbe de finir en tête les matchs aller avec une avance confortable de huit points sur le quatrième, mais sous la menace de Brest revenu à trois unités.
Caen 14.
Nouvelle reprise, nouvelle élimination en coupe, de France cette fois, et par Rennes. Et de nouveau 1-0 à d'Ornano pour le retour en championnat, face à Bastia. Caen perd Deroin qui, victime d'une déchirure abdominale, ne pourra rejouer de la saison et sera même opéré en juin.  Après avoir gagné à Metz le match en retard grâce à deux buts marqués en fin de match par Toudic puis El Arabi, Malherbe réussit par Seube à obtenir une égalisation in extremis face à Châteauroux puisque c'est à la quatre-vingt douzième minute que les Caennais conservent leur invincibilté à domicile. Deux journées plus tard, avec quatorze matchs restant à jouer, une victoire contre Guingamp permet à Caen d'avoir quatorze points d'avance sur le quatrième mais avec seulement deux de plus que Brest qui s'accroche.   
Sommet de montée.
Après une période laborieuse des deux rivaux pour le titre, Brest rejoint Caen, les malherbistes étant restés trois matchs sans gagner. Néanmoins, les Caennais battent Clermont de justesse, un but adverse dans les arrêts de jeu ayant été annulé, puis se font remonter deux buts à Angers tout en conservant le nul et reprennent de l'avance sur les Finistériens. A Vannes, Eluchans réalise un doublé lors d'une victoire 3-0 et c'est en position de force que Caen reçoit Brest. De nouveau présent lors d'un sommet à domicile, Caen gagne 1-0, Traoré libèrant son équipe qui se retrouve avec sept points d'avance ... à sept journées de la fin, seize unités la séparant du quatrième. La montée ne fait plus guère de doute et elle est acquise à cinq journées de la fin, après un nul à domicile contre Nîmes.    
Le titre ... what else ?
Néanmoins, après une telle saison, Caen se doit d'obtenir de rester premier jusqu'au bout. Malheureusement, les Caennais ont du mal à conclure et alignent, après leur succès face à Brest, quatre nuls suivis de deux défaites, soit six matchs sans victoire. La déception la plus grande se situe lors de l'avant dernière journée pour la réception de Metz. Certes, la fête a quand même lieu mais une défaite 2-0, qui plus est la première à domicile, empêche l'obtention du titre devant le public bleu et rouge.

La fête malgré la défaite

Heureusement, Brest patine également dans le sprint final et reste derrière les Caennais. Ceux-ci réussissent à se mobiliser à Nantes où, en gagnant 3-1, ils assurent leur deuxième titre de ligue 2. 

Effectif (matches joués)

Gardiens

Thébaux (38)

Défenseurs

Sorbon (33), Tafforeau (25), Raineau (14), Leca (34), Barzola (26-1), Heurtaux (30), Inez (5)

Milieux

Deroin (10-1), I.N'Diaye (14-1), Proment (28), Eluchans (34-5), Nivet (36-6), Seube (31-2), Yatabaré (21), Van la Parra (8-1), Langil (35-9)

Attaquants

Traoré (29-7), Toudic (30-7), El-Arabi (34-11), Nabab (4)

Montée, mode d'emploi.
Caen monte donc en ligue 1 pour la cinquième fois, sans avoir réellement tremblé. Les choix faits en début de saison se sont avérés décisifs, l'équipe ayant réussi l'amalgame entre les anciens et les jeunes et oublié les problèmes pesants du championnat précédent. C'est ainsi que Nivet a effectué une saison pleine, marquant six fois et délivrant onze passes décisives. El Arabi a été le meilleur buteur avec onze réalisations et sa contribution de huit passes décisives montre que son investissement a été complet. En défense, Heurtaux s'est révélé aux côtés de Leca et Thébaux s'est imposé dans les buts.  16202 spectateurs en moyenne ont assisté à la main-mise de leur équipe sur le championnat.     

CHAMPIONNAT : LIGUE 2

Matches aller

Matches retour

CAEN-NANTES 1-0

CAEN-BASTIA 1-0

BASTIA-CAEN 1-2

DIJON-CAEN 1-1

CAEN-DIJON 1-0

CAEN-CHATEAUROUX 1-1

CHATEAUROUX-CAEN 1-1

ARLES-CAEN 0-0

 CAEN-ARLES 1-0

CAEN-GUINGAMP 2-0

GUINGAMP-CAEN 0-0

AJACCIO-CAEN 2-0

 CAEN-AJACCIO 1-0

 CAEN-STRASBOURG 0-0

STRASBOURG-CAEN 2-2

SEDAN-CAEN 0-0

CAEN-SEDAN 3-1

CAEN-CLERMONT 2-1

CLERMONT-CAEN 1-3

ANGERS-CAEN 2-2

CAEN-ANGERS 2-1

VANNES-CAEN 0-3

CAEN-VANNES 4-2

CAEN-BREST 1-0

BREST-CAEN 2-0

TOURS-CAEN 1-1

CAEN-TOURS 0-0

CAEN-NIMES 0-0

NIMES-CAEN 0-4

LE HAVRE-CAEN 1-1

CAEN-LE HAVRE 2-0

CAEN-ISTRES 1-1

ISTRES-CAEN 2-1

LAVAL-CAEN 2-1

CAEN-LAVAL 1-1

CAEN-METZ 0-2

METZ-CAEN 1-3

NANTES-CAEN 1-3

1er , 69 points, 18 victoires, 15 nuls, 5 défaites, 52 buts marqués, 30 buts encaissés

COUPE DE FRANCE

7ème tour

CAEN-DUNKERQUE (CFA) 1-0

8ème tour

LES LILAS (CFA2)-CAEN 0-1

32èmes de finale

RENNES (L1)-CAEN 2-0

 

Compositions d'équipe et buteurs de la saison

 

Pour visualiser l'effectif 2009/10

 

 

 

2008/09

 

Accueil

 

 2010/11