2010-11

 

Debout : Thébaux, Leca, Sorbon, Traoré, Heurtaux, Seube.
Accroupis : Tafforeau, Marcq, Nivet, Mollo, El Arabi.

Impératif maintien.
Revenir en ligue 1, Caen en a l'habitude et le discours est invariablement celui du maintien. Financièrement capable de présenter un budget important en ligue 2, Malherbe a moins de puissance économique au niveau supérieur et se voit dans l'obligation de "recruter malin". Les départs significatifs sont ceux d'Eluchans, qui part au Chili, de Proment qui s'exile en Turquie et de Langil, de retour de prêt à Auxerre. Pour remplacer ce dernier en milieu gauche, Caen opte pour la même solution de mise à disposition et c'est le jeune et technique Yohan Mollo qui arrive de Monaco. C'est d'une manière générale sous le signe de la jeunesse qu'est basé ce recrutement. Du côté droit, Malherbe opte pour l'exposif Romain Hamouma, recalé deux ans auparavant par Sochaux et qui vient de réussir une excellente saison à Laval. Un effort financier est effectué pour recruter le milieu défensif de Boulogne Damien Marcq, international espoir. Les arrivées se concluent par le transfert de l'arrière central serbe Branko Lazarevic qui, malheureusement, se blessera à peine arrivé en Normandie. Kandia Traoré, prêté par Sochaux, est définitivement transféré.   Conformément à sa politique habituelle, Malherbe intègre des jeunes à son effectif, d'autant plus que, rigueur budgétaire oblige, l'effectif initial a été réduit en nombre. Dans un premier temps, c'est le jeune milieu Thibault Moulin qu'on verra apparaître le plus puis, plus tard, les deux attaquants Benjamin Morel et M'Baye Niang. De son côté, Titi Deroin se bat et continue sa longue remontée vers la surface verte du terrain.



Arrivées

Hamouma (Laval), Lazarevic (OFK Belgrade), Marcq (Boulogne), Mollo (Monaco), Proment (Antalyaspor, retour au mercato d'hiver)

Départs

Proment (Antalyaspor), Eluchans (Deportivo Universidad Catolica), Florentin (Angers), Langil (Auxerre), O.N'Diaye (Alfortville), Nabab (Laval, prêt au mercato d'hiver), Toudic (Reims), Quellier (Mondeville), M. Traoré (Dives)

La pêche aux gros.
Se voir offrir un déplacement à Marseille puis la réception de Lyon n'est pas a priori un cadeau pour un promu, d'autant plus quand celui-ci est pénalisé par plusieurs indisponibilités. Pourtant, Caen va faire face avec talent et efficacité. A Marseille, les malherbistes prennent l'avantage par un tir lointain de Seube et, même s'ils ont rejoints sur un but litigieux, ils l'emportent avec une tête d'El-Arabi à cinq minutes de la fin. Cette victoire leur coûte quand même Nivet, qu'un orteil cassé va éloigner des terrains plusieurs semaines, et Seube. Par contre, Hamouma fait ses débuts en ligue 1 contre Lyon pour une rencontre jouée sur un rythme élevé. Caen prend deux fois l'avantage, par El-Arabi qui lobe Lloris sans complexe puis Yatabaré. La délivrance survient au milieu de la seconde mi-temps, N'Diaye étant à la conclusion d'un coup-franc de Mollo.

Le match à Montpellier, à 17 heures au mois d'août sous un chaleur accablante, voit un 0-0 dû en partie à un grand Thébaux. Réduits à dix par l'expulsion de Yatabaré après vingt minutes de jeu contre Brest, les Caennais s'inclinent sèchement chez eux face à leur rival de la saison écoulée. El-Arabi se révèle au monde de la ligue 1 lors de deux déplacements consécutifs en égalisant dans les arrêts de jeu à Auxerre puis en signant la victoire à Lorient. A l'issue de la quatrième journée, malgré un calendrier défavorable, Caen est quatrième et se prend à rêver.
Chute libre.
Malheureusement, les deux matchs à domicile contre Bordeaux et Monaco ne produisent que des 0-0 et le déplacement à Valenciennes est une déception ponctuée par un 2-1 bien décevant. El-Arabi a marqué et il le fait encore à St Etienne, pour un 1-1 intéressant. L'élimination de la coupe de la ligue avec un 4-1 sans gloire initie une série désastreuse dont Malherbe se serait bien passé. Caen commence par être battu 3-2 par Nancy et à Arles suivant un schéma commun, en ouvrant le score par El-Arabi, en revenant à 2-2 et en finissant par perdre. La réception de Lille tourne à la catastrophe d'un revers 5-2 avec deux buts des Nordistes dans les arrêts de jeu. Si la défaite qui suit au Parc des Princes paraît normale, Malherbe touche le fond à d'Ornano en s'inclinant 3-0 face à Sochaux. Suite à ce camouflet, Caen est dix-huitième, donc relégable. Franck Dumas stigmatise un manque d'investissement de ses joueurs et modifie son équipe pour le déplacement à Toulouse. C'est ainsi que Lazarevic est titularisé en défense centrale aux côtés de Seube et Yatabaré placé en milieu défensif. Si cela ne stoppe pas la série de défaites puisque Caen perd 1-0, l'état d'esprit affiché est bien meilleur et une grande partie du gardien adverse explique le score. Ce match voit le retour de Deroin, mais Caen reperd Tafforeau, déjà blessé contre Nancy. L'arrière gauche sera poursuivi toute la fin de saison par des problèmes physiques qui iront jusqu'à une hernie discale.

Noël avec Rennes.
Dix-neuvième après six défaites consécutives, Caen se repose sur un état d'esprit retrouvé pour ne pas perdre contre Nice et surtout ne pas encaisser de buts pour la première fois depuis bien longtemps. La rencontre à Lens contre un rival ex-aequo est reportée à cause des intempéries et Malherbe dispute son dernier match aller en position délicate face à Rennes, troisième de la ligue 1. Au pied du mur, les Caennais réussissent à l'emporter avec un but d'Hamouma vite marqué et suivi d'une résistance acharnée, symbole d'une volonté retrouvée. Caen finit le parcours aller relégable avec un match en moins et à un point de la survie. Néanmoins, l'écart avec le seizième est de quatre unités et la tâche s'avère ardue. Pendant la trêve, le club récupère Proment, de retour d'une escapade incertaine en Turquie, et prête Nabab à Laval. 
Retour aux affaires.
La reprise voit une élimination en coupe de France, cette fois par Lyon, mais le match de championnat à Brest reste la priorité.

Photo : X (Allez Caen n°281)

Debout : Seube, Perquis, El Arabi, Heurtaux, Leca, Inez.
Accroupis :  Marcq, Hamouma, Raineau, Nivet, Mollo.

Invaincus à domicile, les Brestois sont bien placés et les Caennais, qui luttaient avec eux pour le titre viennent cette fois chercher des éléments de maintien. C'est chose faite avec une victoire 3-1 acquise avec des contres impitoyables. Caen retombe dans ses travers en perdant le match en retard à Lens. Cependant, l'équipe est relancée même si elle fait preuve d'une certaine irrégularité. C'est ainsi qu'après avoir battu Auxerre 2-0, elle perd face à Lorient sur le même score. De même, après avoir concédé un nul 2-2 face à Valenciennes après avoir mené 2-0, elle va faire le contraire à Monaco en remontant deux buts. Entre-temps, une victoire à Bordeaux acquise grâce à Hamouma à la dernière minute a considérablement éclairé le paysage malherbiste. La confirmation de cette bonne phase a lieu à d'Ornano où Caen bat St Etienne, encore une fois sur le fil, et cette fois grâce à El-Arabi. Aux deux-tiers du championnat, Malherbe est remonté à la quatorzième place et gagne encore une position deux journées plus tard après avoir battu Arles, Bosmel assurant alors l'intérim dans les buts, Thébaux et Perquis étant blessés. 
Rechute.
Malheureusement, les deux matchs difficiles à Lille et contre PSG sont autant de défaites et Malherbe perd ensuite à Sochaux en offrant les trois buts à son adversaire. Cette mauvaise passe remet les Caennais à la dix-huitième place et la réception de Toulouse n'arrange rien. Rejoints sur un penalty tiré de façon rocambolesque, les malherbistes font du surplace au classement et sont à deux points d'un groupe d'équipes. Contre le TFC, le jeune attaquant M'Baye Niang devient, à seize ans et quatre mois, le plus jeune joueur jamais apparu dans le groupe professionnel. 
Retour vers le maintien.
Loin de se démonter, les Caennais s'imposent alors 4-0 à Nice avec un doublé d'Hamouma et deux buts dans les trois dernières minutes. Ils rattrapent leur adversaire azuréen et sortent de la zone rouge. L'occasion est belle de renforcer ce résultat avec la réception de Lens. Mais, même si Niang, titulaire pour la première fois marque dès le début, Malherbe doit se contenter d'un nul décevant 1-1. C'est encore Niang qui égalise à Rennes puis Caen, en battant Montpellier, repousse le premier relégable à trois points. Malherbe s'accroche à Lyon pour obtenir un 0-0 qui permet de conserver une place de non relégable. Malgré cette bonne série, Caen est loin d'être sauvé à la veille de l'ultime journée où, encore une fois, tout va se jouer car sept équipes se tiennent en deux points. C'est Marseille qui vient à d'Ornano. Les Caennais mènent 2-0 à la mi-temps grâce à Mollo et Niang, sauvent deux buts sur leur ligne et finissent par être rejoints 2-2 mais, cette fois, tout est bien qui finit bien. El-Arabi, promis à un départ, peut faire un tour d'honneur ; Malherbe termine quinzième et c'est l'inattendu Monaco qui descend.   

 

Effectif (matches joués)

Gardiens

Thébaux (35), Bosmel (3)

Défenseurs

Sorbon (25), Tafforeau (16), Raineau (23), Leca (26), Barzola (12), Heurtaux (31), Inez (20), Lazarevic (5)

Milieux

Deroin (4), I.N'Diaye (11-1), Proment (7), Hamouma (32-9), Nivet (31-3), Seube (29-1), Yatabaré (25-2), Van la Parra (6), Mollo (35-4), Marcq (28), Moulin (17)

Attaquants

Traoré (38-6), El-Arabi (38-17), Nabab (8), Morel (8), Niang (7-3)

Si tu peux rencontrer triomphe après défaite, tu te maintiendras.
Il est communément admis que 42 points assurent le maintien.  Caen les avait en 2004/05 et est descendu et cette année, le dix-huitième en possédait 44, soit deux de moins que Malherbe. C'est dire l'intensité du combat qu'il a fallu mener pour éviter l'ascenseur. Caen a sû surmonter plusieurs moments difficiles dans la saison pour toujours se ressaisir et finalement se maintenir, obtenant des résultats pas toujours en rapport avec la logique d'avant-match. Au-delà de la ténacité du groupe de joueurs, le talent offensif de certains a pu en de nombreuses occasions faire la différence. Pour leur première saison en ligue 1, El-Arabi, troisième au classement des buteurs avec dix-sept buts, nouvel international marocain et Hamouma ont montré d'immenses possibilités. Dans les buts, Thébaux a confirmé brillamment et, en défense centrale, Heurtaux s'est installé aux côtés d'un Leca trouvant toujours le moyen de se bonifier.  16019 spectateurs en moyenne ont assisté à la lutte valeureuse de leur équipe pour le maintien.     

CHAMPIONNAT : LIGUE 1

Matches aller

Matches retour

MARSEILLE-CAEN 1-2

BREST-CAEN 1-3

CAEN-LYON 3-2

CAEN-AUXERRE 2-0

MONTPELLIER-CAEN 0-0

CAEN-LORIENT 0-2

CAEN-BREST 0-2

BORDEAUX-CAEN 1-2

AUXERRE-CAEN 1-1

CAEN-VALENCIENNES 2-2

LORIENT-CAEN 0-1

MONACO-CAEN 2-2

 CAEN-BORDEAUX 0-0

 CAEN-ST ETIENNE 1-0

VALENCIENNES-CAEN 2-1

NANCY-CAEN 2-0

CAEN-MONACO 0-0

CAEN-ARLES 2-0

ST ETIENNE-CAEN 1-1

LILLE-CAEN 3-1

CAEN-NANCY 2-3

CAEN-PARIS SG 1-2

ARLES-CAEN 3-2

SOCHAUX-CAEN 3-2

CAEN-LILLE 2-5

CAEN-TOULOUSE 1-1

PARIS SG-CAEN 2-1

NICE-CAEN 0-4

CAEN-SOCHAUX 0-3

CAEN-LENS 1-1

TOULOUSE-CAEN 1-0

RENNES-CAEN 1-1

CAEN-NICE 0-0

CAEN-MONTPELLIER 2-0

LENS-CAEN 2-0

LYON-CAEN 0-0

CAEN-RENNES 1-0

CAEN-MARSEILLE 2-2

15ème , 46 points, 11 victoires, 13 nuls, 14 défaites, 46 buts marqués, 51 buts encaissés

COUPE DE FRANCE

32èmes de finale

CAEN-LYON (L1) 0-1

 

 


Compositions d'équipe et buteurs de la saison


Pour visualiser l'effectif 2010/11


2009/10

 

Accueil

 

 2011/12