2011-12

 

Debout : Leca, Heurtaux, Traoré, Wagué, Thébaux.
Accroupis : Seube, Bulot, Raineau, Nivet, Hamouma, Frau.

Le changement dans la continuité.
Le problème posé à Malherbe est le même qu'en 2009 : pérenniser la présence du club en ligue 1 après avoir obtenu le maintien. El-Arabi ayant montré son efficacité, Caen espère attirer les convoitises et réaliser un intéressant transfert. Cela ne sera pas le cas en France et en Europe, et le joueur finira à Al-Hilal en Arabie Saoudite. Mollo, prêté par Monaco, n'est pas conservé, la clause libératoire étant trop élevée, mais il est remplacé par un autre jeune Monégasque, Frédéric Bulot, lui aussi milieu gauche et formé en Principauté. Peu après le début du championnat, Monaco achètera Yatabaré et Damien Marcq sera prêté à Dijon. Barzola quittant le club, celui-ci obtient le prêt de Jerry Vandam, jeune arrière droit lillois, arraché au dernier moment à Châteauroux, ville que rejoignent Inez et Moulin, ce dernier sous forme de prêt également.  Fidèle à sa politique de formation, Malherbe fait signer en pro l'arrière central malien Molla Wagué et le très jeune (17 ans) attaquant Lenny Nangis, et recrute le franco-marocain meneur de jeu Fayçal Fajr qui vient de Fréjus ainsi qu'Ibrahima Tandia, formé à Sochaux et le milieu défensif camerounais Yannick MBoné. Tafforeau annoncera sa retraite de joueur en décembre, n'ayant pu se remettre de son opération suite à une hernie discale. Au mercato d'hiver, Caen ira chercher l'arrière gauche Aurélien Montaroup à Minsk, ce joueur ayant été formé à Rennes.
Paf, c'est Frau.
L'ossature de l'équipe n'évolue donc que localement avec des changements poste pour poste. Il faut dans cette optique également assurer le remplacement d'El-Arabi. Il est certes attendu que le prometteur M'Baye Niang, dont le contrat a été revalorisé, confirme et progresse, mais Caen recrute aussi le très expérimenté Pierre-Alain Frau. Formé à Sochaux (et international Espoirs) et ayant joué à Lyon, Lens, Paris SG et Lille, Frau est une valeur sure de la ligue 1 où il a joué près de 300 matchs et marqué 78 buts. D'attaquant à milieu offensif, la position de Frau évoluera dans la saison au gré des tentatives de Franck Dumas pour trouver une meilleure efficacité. Le club engage aussi Alain Cavéglia au poste de directeur sportif.

 



Arrivées

Frau (Lille), Bulot (Monaco), Vandam (Lille), Fajr (Fréjus), MBoné (Yaoundé), Nabab (Laval), Tandia (Sochaux), Montaroup (Minsk au mercato d'hiver), Tafforeau (arrêt)

Départs

El Arabi (Al-Hilal), Mollo (Monaco puis Grenade puis Nancy), Toudic (Lens), I. NDiaye (Courtrai), Inez (Châteauroux), Barzola (Argentinos Junior), Toudic (Reims), Moulin (Châteauroux), Marcq (Dijon), Yatabaré (Monaco), Van la Parra (Heerenveen), Morel (Clermont, mercato d'hiver), Tafforeau (arrêt)

Si chaud le début.
Caen débute par une victoire à domicile contre Valenciennes, obtenue dans la difficulté malgré un but superbe de Proment sur une frappe lointaine.

Plus convaincants, les malherbistes vont s'imposer 2-1 à Sochaux où Frau est à l'origine du premier but et à la conclusion du second.
Froid sans Frau.
Malheureusement, le nouvel attaquant se blesse à l'échauffement contre Lille et ne peut être acteur de la désillusion d'une défaite à domicile où Nivet ne réduit le score que tout à la fin. Menés 3-0 à Rennes à la mi-temps, les Caennais parviennent à remonter deux buts mais perdent encore. Certes vainqueur 3-2 de Brest en coupe de la Ligue, le SMC ne bénéficie pas du retour de Frau et s'incline encore à d'Ornano face à Toulouse en encaissant un but dans les arrêts de jeu.
Tiède avancée en automne.
Malherbe se reprend néanmoins, dans un premier temps avec un nul à Auxerre, puis surtout en battant Lyon 1-0 à domicile. C'est juste avant la mi-temps que Nivet transforme un penalty sifflé à la suite d'une faute de Lloris sur Hamouma qui vaut l'expulsion à son auteur. Nivet est lui-même exclu en seconde période, mais Caen tient jusqu'au bout. Deux expulsions encore jalonnent le déplacement à Evian où Malherbe s'impose 4-2 dans un match débridé. Ensuite, le SMC ne parvient pas à garder un avantage acquis par Frau contre Nice en étant rejoint à la dernière minute, peu après une interruption d'un quart d'heure due à une panne d'électricité, puis égalise à Brest où Heurtaux marque le cinq-centième but de son club en division 1. Tout en poursuivant leur parcours en coupe de la Ligue en gagnant à Auxerre 2-1 à l'issue de prolongations avec un doublé de Nabab, Caen piétine en championnat. Nettement dominés à Montpellier, les Caennais jouent crânement leur chance au Parc, où une nouvelle expulsion de Nivet gâche un avantage pris très tôt et où ils perdent finalement 4-2. Défaillant contre les grosses équipes du championnat, Malherbe reste heureusement efficace contre ses rivaux directs dans la course au maintien. C'est ainsi que Dijon est largement battu 3-0 à d'Ornano avec un Bulot deux fois passeur et une fois marqueur. Après un nul concédé in-extremis à Ajaccio, Caen est  neuvième du championnat.
Progression gelée en hiver.
Malheureusement, les cinq dernières journées du parcours aller sont autant de déceptions, avec quatre défaites de rang, puis un nul à Lorient. Sans réaction à l'extérieur, les Caennais perdent aussi à domicile, notamment contre un Nancy en difficulté à qui ils redonnent l'espoir. Quatorzièmes à la trêve, ils ne sont pas relégables mais ils ne possèdent plus que deux points d'avance sur le dix-huitième. Avec trois défaites consécutives à domicile, la rentrée de janvier est catastrophique. Caen est éliminé des coupes, par Troyes après prolongations, puis par Marseille avec le score sans appel de 3-0. Diminuée par les blessures, notamment par celle de Frau, atteint au tendon d'achille depuis Nancy et par celle de Niang, une équipe très jeune s'incline 0-2 face à Rennes et perd à Toulouse.
Le retour de Nabab.
Malherbe voit un match contre Auxerre déplacé à cause de la météo, puis se présente à Lyon en ayant récupéré ses attaquants ... et reperd Niang qui se claque dès le début. Le héros est à cette occasion Livio Nabab qui marque de loin un but plein de culot et permet à Caen de mener 2-0 puis de gagner 2-1. Menant deux fois contre Evian, Caen est rejoint sur le fil par Evian, juste après que Traoré a vu un but valable refusé. Nabab, qui a force de travail, a retrouvé une place de titulaire dont il était loin en début de saison, est l'artisan principal de la victoire contre Auxerre, servant Traoré puis concluant lui-même peu après.   L'équipe est remontée à la douzième place, six points devant le premier relégable.
Paris valait pourtant une victoire.
Les six rencontres suivantes ne voient pas de victoire. Les Caennais concèdent des nuls à domicile et perdent en déplacement. Victime d'une égalisation dans les arrêts de jeu, ils ont malchanceux en recevant Paris, mais les déplacements donnent de moins en moins d'illusions, le point d'orgue étant celui de Dijon où l'équipe est transparente contre un rival direct. Après un nul face à Ajaccio, le SMC devient relégable.
Noël au tison, Pâques au balcon.
Caen reçoit alors Bordeaux. Seube marque dès le début du match d'une tête dans la lucarne, puis son équipe résiste jusqu'au bout, Thébaux arrêtant même un pénalty. Pourtant privés d'Hamouma pour plusiers matchs, les malherbistes confirment à Marseille, en prenant l'avantage puis en s'accrochant après l'égalisation adverse. Malgré une spectaculaire rechute lors de la réception de Saint-Etienne, Caen trouve les ressources pour un nul à Nancy et surtout pour battre Lorient 1-0 avec un tir magistral d'Heurtaux dans la lucarne. A trois journées de la fin, le SMC pense avoir fait un pas décisif vers le maintien en ayant quatre points d'avance. 
Mai défait.
La défaite à Lille qui suit, malgré une originale défense à cinq, est normale, puis Caen reçoit Sochaux avec lequel il lutte pour se maintenir et qu'il devance de deux points. Cette rencontre doit être celle de la libération mais, malheureusement, les Caennais font une première mi-temps catastrophique et sont menés 2-0 à la pause. Parvenant à réduire le score à l'heure de jeu par Nivet, ils poussent pendant un quart d'heure sans conclure et sont finalement crucifiés dans les arrêts de jeu. La situation s'est complétement renversée au détriment de Malherbe, dépassé par son adversaire du jour, et qui est dix-septième et avant-dernier d'un groupe d'équipe se tenant en un point. De plus, il faut se déplacer à Valenciennes mais la tâche est trop difficile pour des Caennais battus 3-1. La victoire d'Ajaccio à Toulouse condamne le club à un retour en ligue 2.

Effectif (matches joués)

Gardiens

Thébaux (38)

Défenseurs

Sorbon (30), Vandam (36-1), Raineau (19), Leca (25-1), Wagué (5-1), Heurtaux (36-5), Montaroup (15)

Milieux

Deroin (5), Proment (33-2), Nivet (33-7), Seube (35-1), Fajr (13), Bulot (38-4), Tandia (1), MBoné (7), Nangis (11-1), Marcq (3)

Attaquants

Hamouma (31-2), Traoré (33-2), Frau (32-6), Nabab (22-4), Niang (23-2)

Si tu vois Le Havre, c'est que tu es en ligue 2.
Le meilleur buteur caennais est Nivet avec sept buts. Frau a été particulièrement décevant en ne marquant que six fois et, même s'il a l'excuse d'une blessure pénalisante au tendon d'achille, il n'a jamais vraiment trouvé sa place dans le collectif. Par contre, Heurtaux, pourtant défenseur central, s'est montré efficace avec cinq buts.  L'équipe a constamment soufflé le chaud et le froid comme le prouve un parcours en dents de scie qui a systématiquement alterné des périodes catastrophiques et des phases de redressement. Ce régime de douche écossaise n'a pas permis d'activer une circulation du ballon plus efficace et Malherbe a particulièrement failli à domicile, concédant huit défaites devant 15280 spectateurs de moyenne. Rattrapé quatre fois in extremis, Caen a par ailleurs laissé filer bon nombre de points précieux et cette difficulté à conserver un résultat a été un énorme handicap. 
Départ de Franck Dumas.
Ce n'est pas, de la part de l'entraîneur, faute d'avoir essayé des systèmes, en particulier offensifs, et des joueurs à des postes différents, mais le résultat est là :  Malherbe a effectué un nouveau cycle montée-maintien-descente de trois ans.  La conséquence arrive peu après la fin du championnat et Franck Dumas (officiellement manager général du club) est licencié. Une époque se termine mais on se doit de saluer le double parcours joueur-entraîneur de Dumas. Huit années de joueur en équipe professionnelle, avec deux montées en division 1, et sept comme entraîneur au profil certes contrasté, mais avec également deux promotions parmi l'élite et un titre en ligue 2, en font un personnage incontournable de l'histoire malherbiste.


CHAMPIONNAT : LIGUE 1

Matches aller

Matches retour

CAEN-VALENCIENNES 1-0

CAEN-RENNES 0-2

SOCHAUX-CAEN 1-2

TOULOUSE-CAEN 1-0

CAEN-LILLE 1-2

CAEN-AUXERRE 2-1

RENNES-CAEN 3-2

LYON-CAEN 1-2

CAEN-TOULOUSE 0-1

CAEN-EVIAN 2-2

AUXERRE-CAEN 1-1

NICE-CAEN 1-0

 CAEN-LYON 1-0

 CAEN-BREST 0-0

EVIAN-CAEN 2-4

MONTPELLIER-CAEN 3-0

CAEN-NICE 1-1

CAEN-PARIS SG 2-2

BREST-CAEN 1-1

DIJON-CAEN 2-0

CAEN-MONTPELLIER 1-3

CAEN-AJACCIO 0-0

PARIS SG-CAEN 4-2

CAEN-BORDEAUX 1-0

CAEN-DIJON 3-0

MARSEILLE-CAEN 1-1

AJACCIO-CAEN 2-2

CAEN-SAINT ETIENNE 1-4

BORDEAUX-CAEN 2-0

NANCY-CAEN 1-1

CAEN-MARSEILLE 1-2

CAEN-LORIENT 1-0

SAINT ETIENNE-CAEN 2-0

LILLE-CAEN 3-0

CAEN-NANCY 1-1

CAEN-SOCHAUX 1-3

LORIENT-CAEN 0-0

VALENCIENNES-CAEN 3-1

18ème , 38 points, 9 victoires, 11 nuls, 18 défaites, 39 buts marqués, 59 buts encaissés

COUPE DE FRANCE

32èmes de finale

CAEN-TROYES (L2) 2-4 ap

 

 


Compositions d'équipe et buteurs de la saison


Pour visualiser l'effectif 2011/12


2010/11

 

Accueil