1971-72

Photo : X (fournie par Alain Rampant)

Debout : Gaucher, Lunel, Hopquin, Madelaine, Rampant, Moulinet, Bandzwolek, Delachet.
Accroupis : Lecanu, Bigeon, Sorgic, Lecampion, Arnould, Aubril.

Guesdon vers la réussite.
André Guesdon quitte le club pour Monaco, point de départ d’une carrière professionnelle remarquable qui le conduira jusqu’à son poste actuel de responsable du centre de formation de Bastia, où il a d’ailleurs participé en tant que joueur à la célèbre épopée européenne. Il n'est pas le seul qui quitte Caen et toutes les lignes sont touchées : notamment, le gardien Robin, les milieux Guégaden et Nemès s'en vont, tandis que Segarra et l'avant-centre Verbecque sont donc partis pendant la saison précédente. Le second commencera à Laval avant de rallier Cholet peu après
Deux arrivées notoires.
Deux recrues de haut niveau viennent renforcer l'équipe et seront à l'origine d'une saison globalement réussie. Un jeune gardien de buts de 21 ans, Christian Delachet, international olympique avec Guesdon, est en provenance de l’Olympique de Marseille où il était remplaçant d’Escale et Alain Rampant, qui vient de Limoges (division 2), est un milieu de terrain ou attaquant d'une grande élégance technique. Arnould commencera la saison au milieu, mais obtiendra après quelques journées sa réintégration en attaque.  La doublure de Delachet est le jeune Marcel Legendre, un gardien prometteur qui arrive de Cherbourg.
Des Yougoslaves à Malherbe.
Le Yougoslave Antonio Zaja, avocat de son état, arrive d'Hajduk Split pour être milieu défensif et retrouve son compatriote Sorgic. Malheureusement, il se blessera au ménisque et sera absent très longtemps, ne revenant que sur la fin du championnat au poste de libéro. Cela fera monter Hopquin au milieu et le jeune Hervé Madeleine se retrouvera stoppeur, poste où il s'était révélé la saison passée. 
 

Transferts

Arrivées

Delachet (Marseille), Rampant (Limoges), Zaja (Hajduk Split), Lekkak (Alençon), Legendre (Cherbourg).

Départs

A.Guesdon (Monaco), Robin (Quimper), Verbecque (Laval en 1970 puis Cholet), Segarra (Menton), Guégaden (Cherbourg), Guillard (Granville), Fournier, Nemès (Dunkerque).

Efficaces à l'extérieur, contestés à Venoix.
C’est donc en division 2, groupe A, que l’on retrouve Malherbe. La saison commence par un match nul 2-2 contre Rouen, où Caen revient au score deux fois, égalisant par Bandzwolek à la dernière minute. Delachet prouve un talent qui ne se démentira pas tout au long de la saison. Ce nul concédé à Venoix augure en fait les difficultés à domicile qui pénaliseront l'équipe régulièrement. C'est ainsi qu'invaincus lors des quatre premiers matchs, les malherbistes ne gagnent qu'en déplacement, à Amiens, tout en perdant Gaucher victime d'une entorse du genou, puis à Evreux grâce à Lecampion face à un voisin ayant raté un penalty. Pire, alors que le SMC bénéficie ensuite des deux réceptions consécutives de Boulogne puis Chaumont, il subit deux revers qui le repoussent au classement. Face aux Chaumontois, la seconde période, entamée sur le score de 1-4, est le théatre d'une course-poursuite effrénée qui voit Malherbe revenir à 3-4 et frapper la transversale avant de se faire battre 3-5 sur le fil. Caen vainc ensuite pour la troisième fois hors de ses bases, puis arrache enfin son premier succès sur ses terres face à Besançon, sur le score minimal de 1-0. Malgré l'absence de Rampant et la blessure de Zaja sorti après vingt minutes, les Caennais emmenés par Lecampion trouvent l'ouverture par Bigeon peu après la mi-temps, Delachet faisant le reste. La défaite à Quevilly est traditionnelle à cette époque, mais elle n'engendre que des regrets car, si Sorgic ouvre le score, c'est plutôt la volonté des Haut-Normands qui triomphe finalement des Caennais. Ce revers sera le seul des matches aller en déplacement. Avec un Sorgic devenu plus collectif après un avertissement de son entraîneur, Malherbe enchaîne sur une bonne série avec notamment un spectaculaire succès 2-0 à Lens, le Yougoslave et Lecampion signant la victoire d'une équipe solide et bien organisée. Les Caennais sont alors à la quatrième place à un point de Boulogne et du favori Sedan, qui compte un match en retard, et à trois des Troyens.
Sedan trop fort.
Devant 5300 spectateurs, ils reçoivent les Ardennais, mais ceux-ci sont beaucoup trop forts et s'imposent largement 5-0. Après une première demi-heure équilibrée, Caen encaisse un penalty concédé par Lunel, puis Bandzwolek marque contre son camp peu après la reprise. Les Malherbistes explosent en fin de match avec deux buts dans les deux dernières minutes. Néanmoins, ils réalisent ensuite un bon match nul 1-1 à Troyes et sont encore quatrièmes à la fin du parcours aller, à égalité avec Besançon.
Sur le podium.
A la reprise, Caen réitère cinq matches sans perdre, gagnant cette fois à Venoix et concédant le nul à l'extérieur. La réception du voisin Evreux les voit brillants en première période, menant 2-0 avec un doublé de Sorgic, puis amorphes en seconde où seule la classe de Delachet empêche l'égalisation ébroïcienne. A Boulogne, chez un adversaire à qui le SMC vient de prendre la troisième place, ils sont réduits à dix après l'expulsion de Lecampion à la vingt-troisième minute et c'est encore avec une grande partie de leur gardien que les Caennais préservent un score vierge. Le match reporté de Chaumont met fin à la bonne série et les malherbistes, provisoirement sur le podium, s'accrochent à ce titre honorifique, toujours plus à l'aise à l'extérieur qu'à Venoix où ils ne regagneront qu'une fois. Ils s'imposent notamment à Besançon 3-1 après avoir été menés à la mi-temps, Sorgic réalisant de plus un doublé. Malheureusement, Quevilly reste la bête noire en venant l'emporter à Venoix en marquant juste avant la mi-temps puis en résistant en seconde. Un peu fâchés avec leur public, les Caennais retrouvent les faveurs de celui-ci contre Lens où, malgré le 0-0, leur engagement et leur jeu sont à la hauteur des attentes.
Une fin délicate.
C'est paradoxalement à l'extérieur que Caen ve perdre sa troisième place dans le final. Trois défaites en autant de dépalecements, sans marquer de but, scellent leur sort.  A Sedan, ils mènent un dur combat physique, mais perdent 3-0 tandis qu'à Rouen, sans Sorgic, ils s'inclinent 2-0. Entre-temps, un match nul avait sanctionné la réception de Troyes avec des regrets car Sorgic avait ouvert le score et Bigeon manqué de l'alourdir. A égalité avec Boulogne et Rouen à la quatrième place avant la dernière journée, Malherbe, battu les Haut-Normands, glisse à la sixième, ex-aequo avec les Nordistes mais devancé à la différence de buts. Avec cette belle saison, on commence à évoquer le professionnalisme à Caen ... D'ailleurs, la moyenne des spectateurs a nettement augmenté, parvenant à 2803.

Effectif utilisé (matchs joués - buts marqués)

Gardien

Delachet (30)

Défenseurs

Moulinet (25), Bandzwolek (28-1), Lunel (29), Madeleine (19), Cerna (1), Gassigneul (1)

Milieux

Hopquin (26-1), Rampant (28-3), Zaja (8)

Attaquants

Bigeon (26-6), Sorgic (25-12), Gaucher (8-1), Arnould (24), Lecanu (25-1), Ilbert (1), Lekkak (7-1), Outin (6-1), Lecampion (24-3), Taboux (2), Mokkedel (1)

Des joueurs remarqués.
Le Yougoslave Sorgic, recadré en cours de saison par Célestin Oliver, se sera montré efficace en marquant douze buts pendant la saison, le deuxième finisseur malherbiste étant Bigeon avec six réalisations. Bigeon et Hopquin ont été quant à eux internationaux amateurs.
 

Photo : Stevens (l'Equipe Magazine de février 72)

Debout : Lunel, Hopquin, Moulinet, Bandzwolek, Rampant, Delachet.
Accroupis : Bigeon, Arnould, Lecampion, Sorgic, Gaucher.

CHAMPIONNAT : DEUXIEME DIVISION GROUPE A

Matches aller

Matches retour

CAEN-ROUEN 2-2

CAEN-AMIENS 2-0

AMIENS-CAEN 0-2

 MULHOUSE-CAEN 0-0

 CAEN-MULHOUSE 1-1

 CAEN-EVREUX 2-1

 EVREUX-CAEN 0-1

 BOULOGNE-CAEN 0-0

 CAEN-BOULOGNE 0-2

 CHAUMONT-CAEN 3-1

 CAEN-CHAUMONT 3-5

CAEN-MOUZON 0-0

MOUZON-CAEN 1-2

 BESANCON-CAEN 1-3

 CAEN-BESANCON 1-0

 CAEN-QUEVILLY 0-1

 QUEVILLY-CAEN 2-1

 CREIL-CAEN 1-2

 CAEN-CREIL 3-1

 CAEN-LENS 0-0

 LENS-CAEN 0-2

 DUNKERQUE-CAEN 3-0

 CAEN-DUNKERQUE 1-0

 CAEN-CAMBRAI 1-0

 CAMBRAI-CAEN 0-0

 SEDAN-CAEN 3-0

 CAEN-SEDAN 0-5

CAEN-TROYES 1-1

TROYES-CAEN 1-1

 ROUEN-CAEN 2-0

6ème, 33 points, 12 victoires, 9 nuls, 9 défaites, 32 buts marqués, 36 buts encaissés

COUPE DE FRANCE

6ème tour

CAEN-PTT CAEN 3-0

7ème tour

LORIENT (D2)-CAEN 4-0


Compositions d'équipe et buteurs de la saison

 

1970/71

 

Accueil

 

1972/73