1972-73

Photo : Gosset (Football 73)

Debout : Hernandez, Moulinet, Aubril, Sorgic, Madelaine, Bandzwolek, Lunel,  Gouverneur, Legendre, Giust, Gosselin.
Accroupis : Zaja, François, Bigeon, Ilbert, Cadile, Gondet, Lecanu, Lelong.

Départs de jeunes joueurs talentueux.
Malheureusement, Delachet, Rampant et Hopquin quittent le club à la fin de la saison. Le premier part à Monaco pour une carrière qui le conduira dans les buts des Girondins de Bordeaux (587 minutes d’invincibilité en 1978-79). Le deuxième rejoint les rangs de Sedan où il côtoiera Osim et Dahleb, pour effectuer, au poste de libero, deux saisons en division 1. Il ira ensuite à Epinal où il sera opéré du genou et devra arrêter. De son côté, Alain Hopquin rejoint Lens. Lui aussi aura une jolie carrière, au poste d’arrière latéral droit : il sera en particulier du match Lens-Lazio Rome (6-0), puis signera à Montpellier.
Célestin Oliver s'en va aussi.
Aux départs de ces joueurs s’ajoute celui de l’entraîneur Oliver au Stade de Reims d’où il sera d'ailleurs limogé au bout de quatre mois. C’est une grande perte et elle est d’autant plus pénalisante qu’elle est annoncée tard dans la saison. Il est remplacé en catastrophe par Bernard Lelong, ancien joueur du Racing, qui vient de Challans et qui est aussi chargé de la préparation globale des équipes du club.
Arrivées de joueurs en fin de carrière.
La recrue majeure est Philippe Gondet, avant-centre en provenance du Red Star. Il doit sa popularité à ses 101 buts en division 1, dont 99 avec Nantes, à ses titres de meilleur joueur français des années 1965 et 66, de meilleur buteur 1966 avec 36 buts et à ses 14 sélections en équipe de France, dont la coupe du Monde 1966. Malheureusement, deux opérations aux genoux l’ont amoindri et il est en fin de carrière, même s'il n'a que trente ans. Il représentera plutôt un poids financier pour le club qui cherchera d'ailleurs à s'en débarrasser en faisant venir un huissier à l'entraînement pour constater l'état de ses genoux ! Deux joueurs arrivent de Boulogne (division 2) : l'attaquant argentin Rodolfo Cadile et surtout le gardien Pablo Hernandez, un ex-Monégasque qui a trente-six ans. Une blessure d'Hernandez en début de saison permettra à Legendre de jouer, mais ce dernier devra faire face à ses obligations militaires à la mi-saison. Jacky Guimbault, ancien Malherbiste, arrivera de Lille après une dizaine de journées pour opérer en attaque ou en défense.

Transferts

Arrivées

Gondet(Red Star), Hernandez (Boulogne), Cadile (Boulogne), Guimbault (Lille), Gouverneur (PTT Caen)

Départs

Delachet (Monaco), Hopquin (Lens), Rampant (Sedan), Lekkak (Cherbourg)

Un début cataclysmique.
Le match initial contre Blois s'avère prometteur et Caen effectue une bonne première mi-temps. Le jeune Daniel François, formé à Malherbe par Jean Vincent, puis parti au RC Caen, club de son père, égalise avant que l'expérimenté Gondet ne donne l'avantage à des Caennais qui seront rejoints sur le fil. Malheureusement, l'équipe subit ensuite huit défaites consécutives. Marquant peu et encaissant beaucoup malgré Hernandez, près de ramener à lui seul le nul de Boulogne, les Malherbistes subissent deux véritables humiliations. En effet, le SMC est écrasé 7-0 à Rouen avec quatre buts encaissés dans le dernier quart d'heure, puis 5-2 à Venoix par Poitiers, en étant pourtant revenu à 2-2 avec un doublé de Cadile. Avec Pottier au milieu et Arnould en libéro, un mieux se fait sentir et Caen gagne enfin contre Châteauroux, grâce aussi à Jacques Guesdon et à François dont l'efficacité se confirme. Les Caennais arrachent ensuite quelques nuls mais ne gagnent pas. Un sévère 5-0 encaissé à Lens est alors la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Le départ de Lelong s'impose, y compris aux joueurs qui réagissent contre Dunkerque, mais perdent dans les arrêts de jeu.
Rummelhardt pour une remise en ordre.
Pour préparer le dernier match aller au Mans, alors leader, c'est Guy Lunel qui dirige l'entraînement pendant la semaine qui précède la rencontre. Celle-ci se solde par une victoire 2-1 obtenue avec un penalty de Sorgic. C'est donc avec espoir que Caen, dernier des matchs aller, accueille
Emile Rummelhardt, entraîneur de Reims de 1967 à 1969 et de Cherbourg avant et qui réhabilite un travail physique peu présent jusqu'alors. De plus, il confirme Arnould en défense centrale au poste de stoppeur et place Gondet en milieu de terrain au vu de son inefficacité offensive et de sa technique toujours présente. En milieu défensif, le jeune Gouverneur, déjà essayé par Lelong, sera titularisé avec succès, reléguant Zaja sur la touche. En attaque, il fait confiance au jeune ailier Patrick Chau.
La Coupe pour rêver.
Peu après le début des matches retour, la coupe de France met un peu de baume au cœur des Caennais qui parviennent en trente-deuxièmes de finale contre Bordeaux, le match se déroulant au Mans. Mais ils perdent 2-0 en prenant un but dès la cinquième minute sur une erreur du gardien, puis un second peu après la mi-temps. Malgré une bonne fin de rencontre illustrée par deux occasions nettes manquées par Sorgic, Malherbe est éliminé avec les honneurs, prélude à une bonne série en championnat.

Photo : X  

Debout : Hernandez, Lunel, Moulinet, Gondet, Zaja, Arnould.
Accroupis : Bigeon, François, Sorgic, Chau, Guimbault.

Les leaders chutent et l'espoir renaît.
Une semaine après la coupe, les Caennais reçoivent Cambrai pour un match de la dernière chance. Contractés au début, ils encaissent un but après un quart d'heure et on les sent proches de la résignation jusqu'à ce que Chau égalise sur un service de François peu avant la mi-temps. Ces jeunes sans complexe relancent le SMC qui redevient conquérant en seconde période et finit par l'emporter 4-1. Après un nul à Bourges, Caen obtient deux magnifiques succés contre des équipes de pointe. C'est d'abord le leader Boulogne qui perd 3-0 à Venoix avec un doublé de François, puis c'est Lille, troisième, qui doit s'incliner in extremis sur ses terres, par un but de Sorgic qui s'en était vu refuser un avant. Cependant, le match suivant contre Rouen à Venoix est reporté et l'équipe trébuche à Poitiers, Gondet ratant un penalty. Néanmoins, elle s'accroche avec une victoire à Châteauroux et à six journées de la fin, après un large succès 6-2 face à Amiens avec Guimbault avant-centre suite à une suspension de Sorgic et un doublé de Lecampion et un de François, on la retrouve avant-dernière à un point de Châteauroux et trois de Mantes, Blois et Bourges, mais avec un match en moins.
Si près du salut.
Malheureusement, elle perd deux fois 4-0, à Laval, puis contre Lens à Venoix où Rouen s'impose aussi ensuite 2-0 dans le match reporté. C'est en fait cinq revers consécutifs que subit Malherbe, dont le dernier à Venoix face au Mans pour une soirée d'adieu à Hernandez et Arnould, Sorgic et Gondet étant quant à eux déjà partis. Malgré un succès à Blois pour finir, l'écart reste d'un point avec Châteauroux qui sera repêché et le SMC est relégué en division 3 en finissant avant-dernier. Caen n'aura gagné que quatre fois à domicile, autant qu'à l'extérieur. La moyenne des spectateurs baisse à 1960.
Daniel François efficace.
Un jeune attaquant caennais s'est donc révélé : Daniel François, dix-neuf ans, a marqué dix buts, soit deux de plus que Sorgic.

Effectif utilisé (matchs joués - buts marqués)

Gardien

Hernandez (31), Legendre (3)

Défenseurs

Moulinet (26), Bandzwolek (28-1), Lunel (34), Madeleine (14), Guimbault (16-2), Arnould (26), Lecarpentier (1)

Milieux

Bigeon (23-3), Zaja (15), Gondet (28-3), Lecanu (6), Pottier (12), Gouverneur (17-1), Lenrouilly (1)

Attaquants

Sorgic (24-8), Gaucher (2), Cadile (14-2), François (27-10), Ilbert (5), Chau (16-2), Gautier (3), Guilhen (2-1), Lecampion (10-3), J. Guesdon (10-1)

Les cadets en haut de l'affiche.
Une lueur d’espoir : l’équipe des cadets gagne la première édition de la coupe nationale Paul Nicolas en battant l'OGC Nice 2-1 après avoir battu Dunkerque, puis Bordeaux aux pénaltys les deux fois. Le capitaine de cette équipe s’appelle Pascal Théault. D'autres joueurs de la formation, l'attaquant Bernard et le gardien Fossard, apparaîtront la saison suivante dans l'effectif premier.

 

L'équipe des cadets du SMC avec Pascal Théault comme capitaine.

CHAMPIONNAT : DEUXIEME DIVISION GROUPE A

Matches aller

Matches retour

CAEN-BLOIS 2-2

CAEN-ANGOULEME 2-2

ANGOULEME-CAEN 2-0

LORIENT-CAEN 2-0

CAEN-LORIENT 1-3

 CAEN-CAMBRAI 4-1

 CAMBRAI-CAEN 1-0

 BOURGES-CAEN 1-1

 CAEN-BOURGES 0-2

 CAEN-BOULOGNE 3-0

 BOULOGNE-CAEN 1-0

 LILLE-CAEN 0-1

 CAEN-LILLE 0-1

 CAEN-ROUEN 0-2

 ROUEN-CAEN 7-0

 POITIERS-CAEN 1-0

 CAEN-POITIERS 2-5

 CHATEAUROUX-CAEN 0-1

 CAEN-CHATEAUROUX 3-0

CAEN-BREST 1-2

BREST-CAEN 0-0

 MANTES-CAEN 2-2

 CAEN-MANTES 1-1

CAEN-AMIENS 6-2

 AMIENS-CAEN 1-0

 LAVAL-CAEN 4-0

 CAEN-LAVAL 0-0

CAEN-LENS 0-4

LENS-CAEN 5-0

 DUNKERQUE-CAEN 3-0

 CAEN-DUNKERQUE 2-3

CAEN-LE MANS 1-3

LE MANS-CAEN 1-2

BLOIS-CAEN 1-2

17ème, 23 points, 8 victoires, 7 nuls, 19 défaites, 37 buts marqués, 65 buts encaissés

COUPE DE FRANCE

6ème tour

CAEN-PALAISEAU (PH) 5-3

7ème tour

CAEN-MOUZON (D3) 5-3

32èmes

BORDEAUX (D1)-CAEN 2-0


Compositions d'équipe et buteurs de la saison

 

1971/72

 

Accueil

 

1973/74