1975-76 : meilleur club amateur

Photo : Bertrand  (Malherbe d'hier et d'aujourd'hui)

Debout : Douville, Lunel, Carreau, Solas, Ilbert, Antic.
Accroupis : Jeannette, Bouffandeau, Lhoste, Jacobs, Pottier. 

Un recrutement efficace.
Le Stade Malherbe retrouve la deuxième division et le recrutement est prometteur. En défense, il est fait appel au centre à Daniel Solas, qui a joué en division 1 à Angoulême, à Paris SG et Paris FC, et qui vient de Bastia, et sur le flanc au jeune Bernard Jeannette. Celui-ci était stagiaire au Stade de Reims, avec lequel il a joué en division 1, mais il est originaire d'Isigny où il avait été repéré par Célestin Oliver. Ilbert est quant à lui reconverti au poste d'arrière latéral après quelques essais la saison passée. L’ailier ébroïcien Jean-Michel Jacobs se joint également à l’effectif pour plusieurs années. C'est un jeune joueur déjà expérimenté puisqu'il avait joué en division 2 contre Caen en 1971/72. Un autre jeune, milieu offensif côté gauche, est recruté : Philippe Tranchant était stagiaire à Valenciennes, mais sa carrière avait commencé à Argentan d'où il avait rallié Saint-Etienne pour être international cadets sous la direction de Michel Hidalgo.
Un grand joueur à Caen.
L'attaque voit en fait surtout l'arrivée de l'international yougoslave (vingt-sept sélections) Bojidar (Bojko) Antic venant d’Angers où il a marqué seize buts en 1974/75, dix-huit en 1973/74 et joué la coupe d’Europe en 1972/73. Contacté par Burgos en Espagne, il avait essuyé un refus du gouvernement de son pays à cause de Franco et se retrouve ainsi à Caen.
Des Malherbistes à l'ASPTT.
A l'inverse, Lecampion et Gouverneur vont rejoindre Gaucher, Lebarillier et Bigeon à l'ASPTT Caen, équipe dirigée par l'ancien Malherbiste Michel Ade, et qui vient d'accéder à la division 3. Patrick Chau  partira à Lisieux à la fin de 1975.
 

Transferts

Arrivées

Jacobs (Evreux), Antic (Angers), Solas (Bastia), Jeannette (Reims),  Tranchant (Valenciennes), Chau (Lisieux)

Départs

Lecampion (PTT Caen), Gouverneur (PTT Caen), Guilhen

Antic signe son arrivée.
Caen commence avec un lourd revers 5-1 à Angoulême où pourtant Antic avait ouvert le score. Privé pour les premiers matches de Pottier, remplacé par Tranchant, et de Carreau dont Bandzwolek puis Mouilleron occupent le poste de milieu défensif, Malherbe remporte, le soir du mariage de Carreau, son premier succès à Dunkerque à la quatrième journée grâce à un pénalty de Jacobs. Avec les rentrées des deux absents, l'équipe se stabilise alors autour de sa configuration type et atomise Sedan 5-0 avec quatre buts d'un exceptionnel Antic. Son efficacité dépasse alors de loin celle d'un simple promu et la réception du leader Rennes, qui montera en fin d'exercice, montre que le public suit. Devant 8500 spectateurs, Malherbe livre un match spectaculaire et revient deux fois au score, la seconde grâce à Antic à cinq minutes de la fin. Malgré la victoire ponctuelle, l'expulsion de Pottier à Cholet pénalise le SMC pour les deux matches suivants, notamment à Rouen qui gagne 2-1. Lors de ce derby, Ilbert est victime d'une entorse au genou (il sera ensuite opéré du ménisque) et Moulinet retrouve sa place jusqu'à la fin de la saison.
Un promu sur le podium.
Cependant, un éclatant succès 4-0 face à Malakoff, avec un triplé de Jacobs qui s'impose à l'aile droite, inaugure une série remarquable. Lhoste, diminué en début de saison par des ennuis musculaires, a repris son rythme quasi hebdomadaire de buteur. Ce sont d'abord trois victoires d'affilée qui amènent l'équipe à la troisième place avant le déplacement à Laval, devenu leader. En Mayenne, les Caennais frôlent l'exploit. Malgré l'expulsion de Jeannette, Antic ouvre le score, mais Laval réussit à égaliser à deux minutes de la fin. Douville sauve ensuite son équipe à Amiens (2-2) et Malherbe finit les matches aller sur le podium, à égalité avec Lorient.
L'exploit à Rennes.
L'année 1976 et le parcours retour commencent par un succès à Brest où Pottier marque à dix minutes de la fin. Cinq victoires consécutives en championnat marquent le début de cette seconde phase, avec notamment un cinglant 4-1 à Sedan où Lhoste réalise à son tour un triplé. Malherbe est cependant éliminé en coupe à Amiens par Dunkerque, adversaire qui est reçu et battu avec un triplé d'Antic la semaine suivante, pour une revanche amère à Venoix, Ilbert signant un retour ponctuel par un but contre son camp. Quatre mois sans défaite en championnat se terminent à Lorient où Caen cède 1-0 sans avoir démérité. Peu après, l'équipe réalise l'exploit à Rennes qui a repris la tête. Après l'ouverture du score par les Bretons, Lhoste égalise et en seconde période, centre pour Antic qui reprend victorieusement. C'est la première défaite à domicile de Rennes et Caen est toujours troisième, place consolidée par deux victoires, face à Cholet (où évolue alors le frère de Bouffandeau) et à Fontainebleau où un doublé de Bouffandeau et un extraordinaire Douville assurent le succès.
Un final difficile.
Malheureusement, Caen, privé de Jacobs et Carreau retenus en équipe de France universitaire, perd à domicile le derby contre Rouen. Lunel promu milieu défensif, c'est Pellerin qui le remplace en défense et qui signe sa promotion par un but contre son camp. La rentrée de Bandzwolek à la pause ne change rien, Rouen ratant même un penalty. Après ce revers, le SMC craque à Malakoff et aligne six matches sans gagner, qui plus est avec cinq défaites. Antic est blessé au genou et l'équipe en entier est fatiquée et émoussée, malgré la titularisation de Théault au milieu à partir de la réception d'Hazebrouck. Le retour du Yougoslave pour la réception au sommet de Laval ne suffit pas pour vaincre le dauphin. Devant 6000 spectateurs, les Mayennais s'imposent 2-0 malgré un tir sur la barre de Lhoste.
 

Photo : X  (fournie par Alain Douville)

Debout : Douville, Carreau, Lunel, Solas, Moulinet.
Accroupis : Jacobs, Pottier, Lhoste, Théault, Bouffandeau, Antic. 

Peu de bonus malgré des attaquants efficaces.
Après une humiliation 5-0 à Amiens, les Malherbistes trouvent cependant les ressources pour conclure victorieusement contre Angoulême avec un doublé d'Antic et terminent à une honorable sixième place. C'est malgré tout l’instauration du bonus pour plus de trois buts d'écart qui prive l’équipe de la troisième place occupée jusqu'à cinq journées de la fin  et qu’un décompte normal de points lui attribuait. Le duo Lhoste-Antic a fonctionné à merveille en attaque, le Yougoslave finissant meilleur buteur du groupe avec vingt-deux buts, devant son compère qui en compte seize. Jacobs aura quant à lui conclu à sept reprises et Bouffandeau à six, ces quatre joueurs comptabilisant ainsi 51 buts sur les 54 de l'équipe ! Bien entendu, la moyenne des spectateurs a nettement augmenté, s'élevant à 3361.
 

Effectif

Gardien

Douville (34)

Défenseurs

Jeannette (25), Lunel (33), Moulinet (24), Solas (33), Ilbert (13), Lefèvre (1), Mouilleron (4), Desbouillons (1), Pellerin (1)

Milieux

Carreau (29-2), Pottier (28-1), Bouffandeau (34-6), Théault (5), Bandzwolek (4), Tranchant (4)

Attaquants

Marie (17), Lhoste (32-16), Jacobs (31-7), Antic (32-22), Prenveille (3)

Trophées France Football.
L’année 1975 voit le couronnement du SMC comme meilleur club promotionnel, Pottier étant quant à lui désigné meilleur joueur amateur.
Desbouillons et Françoise vers le professionnalisme.
Notons aussi en fin de saison les départs de deux juniors de dix-huit ans.  Pascal Françoise part à Lens où il gagnera l’année suivante sa place d’avant-centre du club artésien, pour une remarquable carrière (il jouera aussi à Nice et Saint-Etienne) passant par la coupe d’Europe (but contre Malmoe). Christophe Desbouillons, vainqueur de la coupe nationale des juniors avec la Normandie en 1975 et qui aura joué une fois en division 2 contre Fontainebleau, s’en va à Lyon : il est aussi à l’orée d’une belle aventure qui le mènera ensuite à Rouen et Angers, pour revenir comme entraîneur adjoint à Caen.
L'équipe des juniors du SMC avec Desbouillons comme capitaine et Françoise (accroupi, quatrième à partir de la gauche)

Platini à Venoix.
Par ailleurs, début 1976, le stade de Venoix avait accueilli l'équipe de France Olympique de Platini, Pécout, Amisse et Rouyer contre la Hollande pour une victoire 4-2.

CHAMPIONNAT : DEUXIEME DIVISION GROUPE A

Matches aller

Matches retour

ANGOULEME-CAEN 5-1

BREST-CAEN 0-1

 CAEN-BREST 1-1

 CAEN-PARIS FC 1-0

 PARIS FC-CAEN 2-1

 CAEN-DUNKERQUE 3-2

 DUNKERQUE-CAEN 0-1

 SEDAN-CAEN 1-4

 CAEN-SEDAN 5-0

 CAEN-CHATEAUROUX 2-0

 CHATEAUROUX-CAEN 0-0

 LORIENT-CAEN 1-0

 CAEN-LORIENT 2-0

 CAEN-BOULOGNE 1-1

 BOULOGNE-CAEN 4-2

 RENNES-CAEN 1-2

 CAEN-RENNES 2-2

 CAEN-CHOLET 4-2

 CHOLET-CAEN 0-2

 FONTAINEBLEAU-CAEN 0-2

 CAEN-FONTAINEBLEAU 1-1

 CAEN-ROUEN 1-3

 ROUEN-CAEN 2-1

 MALAKOFF-CAEN 4-0

 CAEN-MALAKOFF 4-0

 CAEN-HAZEBROUCK 1-1

 HAZEBROUCK-CAEN 0-1

 TOURS-CAEN 3-0

 CAEN-TOURS 2-1

CAEN-LAVAL 0-2

LAVAL-CAEN 1-1

AMIENS-CAEN 5-0

CAEN-AMIENS 2-2

CAEN-ANGOULEME 3-1

6ème, 43 points, 3 points de bonus, 16 victoires, 8 nuls, 10 défaites, 54 buts marqués, 48 buts encaissés

COUPE DE FRANCE

6ème tour

USTD EQUEUDREVILLE (DH)-CAEN 1-3

7ème tour

CAEN-BEAUVAIS (D3) 1-0

32èmes

DUNKERQUE (D2)-CAEN 2-0


Compositions d'équipe et buteurs de la saison

 

1974/75

 

Accueil

 

1976/77