1981-82

Photo : X  (fournie par Bernard Guyonnet)

Debout : Schemitt, Laurier, Marsal, Lefol, Théault, Delval, Prieur, Guyonnet.
Accroupis : Brown, Ilbert, Malick, Bridonneau, Tranchant, Ben Messaoud.

Reconstruction offensive.
L’équipe doit reconstruire toute son attaque et reçoit principalement les renforts de l'Anglais de Thionville (division 2) Bobby Brown, qui partira entraîner Argentan en 1983 et reviendra en division 1 à Caen comme entraîneur adjoint puis responsable du centre de formation, et du puissant avant-centre sénégalais Malick N'Doye en provenance du Stade Rennais. De plus, le compartiment offensif retrouve Philippe Tranchant, de retour après avoir été à Lisieux en 79/80 puis entraîné l'équipe C de Caen en 80/81 sans pouvoir jouer en équipe première car étant muté, et s'enrichit de Pascal Bridonneau qui vient de l'US Normande. L'Allemand Breitenmoser effectuera quelques matches sur la fin du parcours aller : c'est un collègue d'Alain Douville effectuant un stage dans le lycée de ce dernier et qui avait joué en Bundesliga.
Une saison entre parenthèses pour DouDou.
Alain Douville, usé par ces années d'ascenseur entre la division 2 et la division 3, se met à l'écart (il jouera à l'aile gauche en équipe C !) et c'est Patrick Schemitt qui prend sa place dans les buts.
Deux Angevins en renfort.
Gilles Lefiot est de retour après un passage au SCO Angers en tant que stagiaire. A la trêve, un autre Angevin, Luc Debruyne, rallie l'effectif. Au départ ailier droit, il sera reconverti arrière latéral peu avant la fin.
 

Transferts

Arrivées

Brown (Thionville), Malick (Rennes), Bridonneau (US Normande), Debruyne (Angers), Lefiot (Angers), Breitenmoser

Départs

François (PTT Caen), Barraud (Quimper), Ferrigno (Villefranche sur Saône), Toh, Oughlis (Pont l'Abbé), Jacobs

Début en demi-teinte.
Malherbe débute par une écrasante victoire 5-0 à Venoix face à la Montagnarde avec quatre buts en seconde période dont un doublé de Bridonneau qui provoque de plus un penalty transformé de manière astucieuse par Malick. Celui-ci égalise lors d'une seconde période heurtée face à la réserve Nantes, toujours avec un tir au but, mais Caen plafonne ensuite, perdant à deux reprises à l'extérieur, notamment contre le leader qui est à ce moment le Véloce Vannes.
Egalités avec les banlieusards.
Le SMC affronte alors deux équipes parisiennes qui s'annoncent comme des rivaux redoutables pour la montée, obtenant le résultat nul 2-2 à chaque fois. A Venoix face à Malakoff, Malherbe effectue une bonne première mi-temps, Malick ouvrant le score. Mais à la reprise, les banlieusards prennent le jeu à leur compte et renversent le score à 2-1. C'est seulement une montée de Guyonnet qui permet d'égaliser in extremis. Le nul obtenu à Saint-Ouen est plus méritoire. Le score évolue de la même manière, le Red Star prenant l'avantage 2-1 juste au retour des vestiaires. Malick réalise un doublé et égalise à vingt minutes de la fin.

Photo : X  ; les débuts de Christophe Point en équipe première (face au Red Star)

Debout : Schemitt, Guyonnet, Point, Théault, Lefol, Prieur
Accroupis : Brown, Bridonneau, Malick, Ilbert, Delval.

Malherbe se place pour la montée.
A ce moment, le SMC  est septième à deux points de ses rivaux pour la montée, mais ces deux résultats constituent le début d'une série de dix rencontres sans défaite. Caen bat largement Saint-Brieuc avec encore un doublé de l'inévitable Malick, puis Quimper et plus difficilement un RC Paris venu à Venoix pour défendre. L'équipe gagne aussi 2-0 le derby contre Lisieux avec un but à la fin de chaque période. Tout cela conduit Malherbe en tête des formations amateurs à la fin du parcours aller avec un point d'avance sur le Red Star et deux sur Malakoff. En coupe de France, Caen est éliminé de manière très décevante dès son apparition par Condé sur Vire (division d’honneur).
Coude à coude avec le Red Star.
Malheureusement, dès le début des matches retour, l'écart avec le Red Star est renversé, le match contre Nantes étant reporté (il sera lourdement perdu peu après), tandis que les Audoniens gagnent. Les deux équipes perdent alors simultanément, puis Caen obtient une belle victoire à Brest grâce à deux coups francs de Tranchant et Théault.
Joie à Malakoff.
L'équipe se déplace alors à Malakoff, en perte de vitesse mais qui vient d'échouer de justesse face à Bastia en Coupe. Malick ouvre le score d'entrée, puis Malakoff égalise à la demi-heure de jeu et frappe sur le poteau juste après. Le SMC finit cependant par gagner à cinq minutes de la fin grâce à une déviation de Malick pour Bridonneau.
Désillusion à Venoix.
Le Red Star se présente ensuite à Venoix avec un point d'avance, devant une décevante affluence de 2000 spectateurs (dans la semaine suivante, il s'y déroulera le match Lisieux-Bordeaux de coupe). Caen, privé de Brown blessé, domine nettement la rencontre après un début hésaitant, se procurant beaucoup d'occasions, mais se fait crucifier par son rival à neuf minutes de la fin. Dans les vestiaires, Alain Laurier est victime d'une baisse de tension occasionnant une fatique cardiaque et un évanouissement. De plus, Prieur se blesse et sera absent deux rencontres.
Triste fin de parcours.
Peu après, le SMC perd à Paris contre le Racing ses dernières illusions : menant 2-1 à un quart d'heure de la fin, il se fait battre sur le fil 3-2 après des erreurs individuelles, Prieur étant expulsé pour son retour. C'en est fini des espoirs de revenir sur un Red Star qui accumule neuf victoires consécutives. Malgré un Malick efficace, auteur notamment d'un doublé avec un splendide coup-franc à Lisieux, Caen piétine dans son parcours final. Le cœur n'y est plus et l'équipe subit même une lourde défaite 3-0 à Venoix contre la réserve de Rennes, devant moins de 300 spectateurs. Cependant, la perte de quatre points sur tapis vert par le Red Star, pour avoir fait jouer Eo suspendu, fait que le SMC termine à trois unités de son adversaire, en quatrième position. La moyenne des spectateurs est de 1507. 

Effectif

Gardiens

Schemitt (24), Lumé (3), Hestin (2), Fossard (1)

Défenseurs

Lefol (15), Théault (26-1), Guyonnet (27-1), Lefiot (15), Ilbert (19)

Milieux

Carreau (21), Prieur (23), Ben Messaoud (11-1), Laurier (13-1), Delval (19-2), Tranchant (24-4), Point (4)

Attaquants

Brown (23-8), Malick (30-16), Agostini (13-1), Bridonneau (25-7), Breitenmoser (3), Raymond (1), Debruyne (10-1)

Malick efficace.
Malick termine deuxième buteur du groupe avec seize réalisations et Brown et Bridonneau, malgré des blessures, ont marqué respectivement huit et sept buts. Globalement, l'équipe n'aura pas trouvé de stabilité, évoluant constamment.

CHAMPIONNAT : TROISIEME DIVISION GROUPE OUEST

Matches aller

Matches retour

CAEN-US MONTAGNARDE 5-0

NANTES B-CAEN 4-0

 CAEN-NANTES B 1-1

 CAEN-LAVAL B 0-1

 LAVAL B-CAEN 3-1

 BREST B-CAEN 0-2

 CAEN-BREST B 2-1

 CAEN-VELOCE VANNES 0-0

 VELOCE VANNES-CAEN 2-1

 MALAKOFF-CAEN 1-2

 CAEN-MALAKOFF 2-2

 CAEN-RED STAR 0-1

 RED STAR-CAEN 2-2

 SAINT-BRIEUC-CAEN 1-1

 CAEN-SAINT-BRIEUC 4-2

 CAEN-AS BREST 2-1

 AS BREST-CAEN 1-1

 RC PARIS-CAEN 3-2

 CAEN-RC PARIS 1-0

 CAEN-QUIMPER B 0-0

 QUIMPER B-CAEN 0-3

 UCK VANNES-CAEN 1-1

 CAEN-UCK VANNES 3-1

 CAEN-LUCE 2-1

 LUCE-CAEN 0-0

LISIEUX-CAEN 2-2

CAEN-LISIEUX 2-0

CAEN-RENNES B 0-3

RENNES B-CAEN 0-0

US MONTAGNARDE-CAEN 1-1

4ème, 34 points, 11 victoires, 12 nuls, 7 défaites, 43 buts marqués, 35 buts encaissés

COUPE DE FRANCE

5ème tour

CONDE SUR VIRE (DH)-CAEN 2-0

 

Compositions d'équipe et buteurs de la saison

 

1980/81

 

Accueil

 

1982/83