1983-84 : montée en division 2

Photo : Lemeur (fournie par Xavier Agostini)

Debout : Douville, Mankowski, Lemesle, Pichard, Théault, Malick
Accroupis : Point, Gauvain, Delval, Agostini, Lefol.

Un nouvel entraîneur-joueur.
Alain Laurier quitte Caen pour Poissy. Sa carrière le conduira ensuite à Dijon puis à Istres. Pour le remplacer, le nouveau président de Caen, Serge Viard, par mesure d'économie, opte encore pour un entraîneur-joueur et c'est à Pierre Mankowski, qui vient d’Amiens, qu'incombe ce double rôle, au poste de meneur de jeu,.
La région et les jeunes au pouvoir.
Le reste du recrutement est régional avec Olivier Pichard, avant-centre d’Alençon et Bernard Roques, milieu de terrain à Mondeville. Pascal Angué arrive de Flers au poste de gardien de buts, mais il sera pénalisé par une opération au ménisque. A dix-sept ans, le jeune attaquant Fabrice Divert fait ses débuts dans l'équipe, ainsi que, plus tard dans la saison, Franck Dumas, qui a seize ans et vient des PTT Caen. Requier et Robiolle, jeunes défenseurs, seront essayés aussi. L'attaque voit par ailleurs l'arrivée de Germain M'Bemba, en provenance de l'Etoile du Zaïre. Par contre, Vandeputte s'en va à Lille.
Destination Argentan.
Plusieurs joueurs de Caen partent pour Argentan : Bobby Brown qui sera l'entraîneur des Ornais, Philippe Tranchant et Houitte. Luc Debruyne, qui s'en va à Aix, les rejoindra un an plus tard. Delval descend d'un cran et devient arrière droit, le côté gauche étant de nouveau occupé par Lefol. La défense subit également le départ de Guyonnet et c'est Point qui, au départ, le remplace en tant que stoppeur.
 

Transferts

Arrivées

Mankowski (Amiens), Pichard (Alençon), Roques (Mondeville), Angué (Flers), M'Bemba (Zaïre)

Départs

Brown (Argentan), Tranchant (Argentan), Houitte (Argentan), Debruyne (Aix), Lefiot (PTT Caen), Guyonnet (la Butte Caen), Laurier (Poissy)

Pichard et Malick font parler la poudre.
Des Caennais conquérants triomphent pour commencer de Nantes 3-0, l'entente Pichard-Malick permettant à chacun de marquer un but mais Malherbe, dans des conditions rocambolesques, encaisse ensuite un sévère 5-0 à Colombes contre le Racing. L'équipe réagit avec trois succès consécutifs, Malick s'offrant un triplé à Brest, puis perd en jouant sans ambition à Longjumeau. Elle écrase Evreux 8-2 après avoir été menée 1-0, Pichard marquant trois buts et Malick deux. Privée de Douville, remplacé par Schemitt, pendant un mois à la suite d'une entorse au pouce, elle se fait surprendre à Venoix par Corbeil 2-1.
Derby, premier acte.
Un peu plus tard, sur un terrain enneigé, Malherbe va faire un nul 1-1 à Lisieux, dans un derby dont on ne mesure pas l'importance à ce moment, les rivaux pour la montée étant plutôt Bretons.
La Basse-Normandie en tête.
C'est ainsi qu'à l'avant-dernière journée du parcours aller, Caen reçoit l'UCK Vannes qui est à la lutte pour la place de premier amateur. Dans un match engagé, Malick ouvre le score dès la sixième minute et le conclut à la soixante-dixième, les Vannetais ayant égalisé entre-temps. Contrairement à la saison précédente, le SMC n'a pas craqué dans un affrontement déjà décisif. De son côté, Lisieux, pourtant nouveau promu, est en pleine réussite et finit la première partie du championnat à deux points de Caen qui, néanmoins, voit le dernier match aller à Laval repoussé.
Le roman de la Coupe.
La coupe de France va alors être l'occasion d'une belle aventure. Après un difficile derby contre l'US Normande qui se termine aux penaltys avec un grand Douville, Malherbe reçoit le RC Paris, leader de division 2. Caen domine avec une certaine maladresse, puis marque par Pichard vingt minutes après le repos, Malick concluant une minute après en se blessant (entorse de la cheville). Qui peut le plus peut le moins et Caen prend en championnat sa revanche face à la réserve parisienne 3-0, avec un doublé de Pichard dès le début de la seconde phase.
Agostini, l'éternel retour.
L'aventure de la Coupe continue en trente-deuxièmes avec l'affrontement contre Lille (division 1) à Cherbourg. Caen se présente en 4-4-2 avec Pichard au milieu. Roques se blesse à la neuvième minute et Agostini le remplace. Barré par Mankowski, il a peu joué jusqu'alors, mais il va être le grand homme du match. A l'origine du but de Pichard, il marque lui-même le second d'un tir lointain et permet à Caen de mener 2-0. Lille réduit le score à la quatre-vingt-troisième minute, et touche les poteaux deux fois quatre et cinq minutes après, mais rien n’y fait. Les Caennais se qualifient, menés par un héroïque Douville, qui a joué tout le match avec un claquage au mollet.

Entrée des artistes

Le but d'Agostini

Sortie des vainqueurs

Photo : X (fournie par Xavier Agostini)

Debout : Point, Divert, Requier, Mankowski, Lemesle
Accroupis : Lefol, Gauvain, Agostini, Théault, Delval, Pichard, Douville.
11 Bas-Normands sur 12, auxquels on peut ajouter Roques !

Cet exploit laisse quand même Douville et Roques sur la touche. En championnat, le SMC faiblit un peu, perdant à Vannes contre le Véloce sur un penalty à trois minutes de la fin.
Si près de l'exploit.
Survient alors Laval, septième de division 1, que Malherbe affronte en deux matches, le premier se situant à Venoix. Passant au travers en première mi-temps, les Caennais abordent la seconde avec beaucoup plus de volonté et Pichard ouvre le score à la cinquantième minute. Ils résistent ensuite devant les 13350 spectateurs mais perdent Point et Lefol blessés, le premier, victime d'un claquage, pour sept semaines. Pour le retour, Caen fait alors appel au vétéran Carreau comme stoppeur. Il livrera un duel âpre avec Buigues.  Laval marque vite, mais Caen tient jusqu’aux tirs au but. Malheureusement, tirant à l'encontre de son style habituel, Malick, qui en paiera le prix psychologique par la suite, rate le dernier tir alors que les neuf premiers penaltys avaient été réussis et Laval s’impose 5-4. C’est la fin de l’épopée, mais tout reste à faire en championnat.

Photo : Desfoux  (Ouest-France, prise dans Malherbe d'hier et d'aujourd'hui)

Debout : Douville, Carreau, Malick, Requier, Pichard, Mankowski.
Accroupis : Théault, Gauvain, Lemesle, Agostini, Delval.

Le drame de Gauvain.
Le SMC reprend celui-ci en battant l'AS Brest 1-0, Gauvain occupant le poste de stoppeur, et relègue son adversaire à trois points, réussissant encore une fois à bien gérer un match capital. Mais ensuite, l'équipe connaît un passage à vide de quatre rencontres avec deux nuls seulement. Le premier à Evreux écarte Gauvain, victime dès le début du match d'une double fracture de la jambe suite à un tacle appuyé, jusqu'à la fin de la saison, Carreau redevenant stoppeur, Point étant quant à lui placé milieu défensif. Malherbe se reprend à Corbeil, où Franck Dumas, qui marque un but, effectue ses débuts comme milieu offensif après avoir fait un essai d'une semaine à Sochaux.  
Derby, second acte.
Le duel Caen/Lisieux, régional pour un destin national, trouve son apogée à Venoix où Lisieux se présente avec un point d'avance, après que Caen, revenu à la hauteur de son voisin, a concédé un nul 2-2 au Havre, Pichard ayant réalisé un doublé et même un triplé en marquant aussi contre son camp ! La rencontre se déroule devant une affluence record de la division 3, soit 10000 spectateurs, dont 9058 payants. Elle commence favorablement pour les Augerons, qui ouvrent le score à la douzième minute, puis tirent sur le poteau. Cependant, Pichard égalise à la soixantième minute, et Delval, déjà auteur du but égalisateur au match aller, donne la victoire au SMC sept minutes plus tard, d’un tir magistral en pleine lucarne.

Photo : Ouest-France (fournie par Pascal Théault)

... sous l'égide de l'église de Venoix ...

  
Sans faiblir pour conclure ... à la différence de buts.
Caen repasse devant son rival puis confirme à Vannes grâce à Divert à peine rentré et contre la réserve de Laval. Mais Lisieux gagne deux fois aussi et tout se joue lors de l'ultime journée. Le SMC se déplace à Nantes, deuxième du groupe, et y réussit un match nul 0-0 mouvementé, étant sauvé deux fois par le poteau, Mankowski touchant aussi le cadre de son côté. Les deux équipes terminent alors le championnat ex aequo à la troisième place, mais le goal average particulier fait monter Caen, de ce fait premier club amateur.

Photo : X (fournie par Pascal Théault)

Soir de montée à Nantes.
Debout : Mankowski, Point, Divert, Lefol, Pichard, Lemesle, Delval.
Accroupis : Douville, Carreau, Théault, Malick, Robiolle, Roques.


Effectif

Gardiens

Douville (23), Schemitt (7)

Défenseurs

Lefol (27), Théault (30), Delval (30-5), Requier (4), Point (24), Robiolle (7), Deshors (2), Carreau (13)

Milieux

Mankowski (28-2), Gauvain (22-1), Agostini (14-1), Roques (23-2), Dumas (2-1)

Attaquants

Malick (26-12), Pichard (29-18), Lemesle (29-4), Divert (15-2), Bridonneau (5), M'Bemba (5), Demondésir (1), Orange (1-1)

Pichard prolifique.
Pichard a justifié les attentes placées en lui en marquant dix-huit buts, tandis que Malick aura conclu à douze reprises, dont dix pendant les matchs aller. Delval, arrière droit offensif, compte cinq réalisations, toutes décisives pour un nul ou une victoire, comme les deux contre Lisieux. Contrairement à la saison précédente, Malherbe a réussi tous ses rendez-vous au sommet sans faiblir et cette solidité aura fait la différence. Dans cette optique, l'aventure en coupe a consommé beaucoup d'énergie mais a sans doute contribué à forger un mental hors du commun. La moyenne de spectateurs a été de 2026. Malherbe s'est refait une santé financière, alors que les déplacements étaient effectués en voiture pour économiser !
Trophées France Football.
Fin 1984, Pascal Théault et Pierre Mankowski seront respectivement nommés joueur et entraîneur amateurs de l'année.

CHAMPIONNAT : TROISIEME DIVISION GROUPE OUEST

Matches aller

Matches retour

CAEN-NANTES B 3-0

 CAEN-RC PARIS B 3-0

 RC PARIS B -CAEN 5-0

 LUCE-CAEN 1-1

 CAEN-LUCE 2-0

 VELOCE VANNES-CAEN 1-0

 CAEN-VELOCE VANNES 2-0

 CAEN-AS BREST 1-0

 AS BREST-CAEN 1-3

 SAINT-POL-CAEN 2-1

 CAEN-SAINT-POL 0-0

 CAEN-LONGJUMEAU 0-1

 LONGJUMEAU-CAEN 1-0

 EVREUX-CAEN 1-1

 CAEN-EVREUX 8-2

 CAEN-RENNES B 2-2

 RENNES B-CAEN 1-2

 CORBEIL-CAEN 1-3

 CAEN-CORBEIL 1-2

 CAEN-LE HAVRE B 2-2

 LE HAVRE B-CAEN 1-1

 BREST B-CAEN 0-2

 CAEN-BREST B 2-1

 CAEN-LISIEUX 2-1

 LISIEUX-CAEN 1-1

UCK VANNES-CAEN 0-1

CAEN-UCK VANNES 2-1

CAEN-LAVAL B 3-0

LAVAL B-CAEN 0-0

NANTES B-CAEN 0-0

3ème, 39 points, 15 victoires, 9 nuls, 6 défaites, 49 buts marqués, 28 buts encaissés

COUPE DE FRANCE

4ème tour

IFS-CAEN 0-5

5ème tour

TOURLAVILLE-CAEN 0-4

6ème tour

US NORMANDE-CAEN 0-0 ap (2-3 tab)

7ème tour

CAEN-RC PARIS (D2) 2-0

32èmes

CAEN-LILLE (D1) 2-1

16èmes aller

CAEN-LAVAL (D1) 1-0

16èmes retour

LAVAL (D1)-CAEN 1-0 ap (5-4 tab)


Photo : X (fournie par Xavier Agostini)

Repas d'après match : Malick, Agostini, Théault, Pichard et la chevelure de Lemesle.

 

Compositions d'équipe et buteurs de la saison


1982/83

 

Accueil

 

1984/85