1984-85

Photo : X (fournie par Xavier Agostini)

Debout : Viard, Angué, Crapoulet, Avrillon, Roques, Lefol, Lebourgeois, Divert, Vandeputte, Delval, Douville, Mankowski, Favre-Bulle
Assis : M'Bemba, Vernet, Robiolle, Hamon, Point, Pichard, Théault, Naciri, Agostini, Pérennès, Gauvain. 

Un solide recrutement.
Caen est de retour en division 2, mais cette fois l'ambition d'installer le club à ce niveau s'accompagne d'un recrutement conséquent, bien aidé par les rentrées financières de la Coupe de France, Pierre Mankowski devenant de plus entraîneur à part entière. En défense, Jean-Pierre Avrillon vient d'Angers (mais il était issu de l'US Normande avant cela) pour jouer stoppeur et le latéral droit Gilles Crapoulet arrive d'Amiens, Delval passant arrière gauche. Le milieu de terrain offensif havrais Mohammed Naciri renforce l'entrejeu avec le Lexovien Hervé Pérennes. Pichard sera partiellement reconverti comme milieu offensif. Enfin, l'attaque, qui perd Malick parti rejoindre Laurier à Poissy, voit les arrivées d'Yvan Lebourgeois de l'ASPTT Caen et de l'ailier tourangeau Emmanuel Hamon, ainsi que le retour d'Alain Vandeputte après une saison passée à Lille sans s'imposer. Lemesle, très demandé, part à Brest et Franck Dumas signe au Matra Racing pour y rallier le centre de formation, mais celui-ci est en surnombre et il se retrouve à l'INF Vichy.

Transferts

Arrivées

Avrillon (Angers), Hamon (Tours), Naciri (Le Havre), Crapoulet (Amiens), Vandeputte (Lille), Lebourgeois (PTT Caen), Pérennes (Lisieux), Vernet (Monaco)

Départs

Malick (Poissy), Lemesle (Brest), Bridonneau, Demondésir (Metz), Dumas (Matra Racing/INF Vichy)

Départ prometteur.
Après un match crispé à Valenciennes où ils parviennent cependant à égaliser, les Caennais montrent leur capacité à se maintenir. Les deux premiers matches à domicile opposent les Normands aux deux prétendants bretons Quimper et Guingamp. Les premiers repartent avec une défaite 4-2, dont un doublé d'Avrillon et deux penaltys. Contre le leader Guingamp, jouant devant 5000 spectateurs avec une extrême détermination, ils contraignent les Bretons à concéder un nul 1-1. Théault ouvre le score sur un magistral coup-franc et l'égalisation est peut-être entâchée d'un hors-jeu.
Passage à vide.
Après une belle victoire à Saint-Ouen contre le Red Star, où Vandeputte effectue ses débuts après avoir été victime d'un claquage lors de la préparation, Malherbe faiblit, perdant quatre matches de suite à l'extérieur et ne recueillant qu'une victoire et trois nuls sur ses terres, dont une égalisation à la dernière minute contre le Stade Français. Il faut dire que trois déplacements ont eu lieu chez des prétendants à la montée ; à Reims, avec un Théault revenu provisoirement au milieu, le SMC perd suite à un penalty litigieux, puis encaisse un but dans les arrêts de jeu au Havre, tandis qu'à Rennes, Malherbe est largement dominé. Avant cette défaite en Bretagne, Caen avait néanmoins obtenu un succès important contre Angers, un penalty d'Avrillon à dix minutes de la fin compensant une domination infructueuse.
Angué dans les buts.
Cette victoire est importante car, à l'issue de la défaite à Rennes, Caen est douzième avec seulement deux points d'avance sur cette équipe d'Angers, première relégable. Mais, après un nul décevant en recevant Sedan, Malherbe va s'imposer à Châteauroux 3-1 contre le dernier en marquant vite deux buts par Lebourgeois, puis bat Amiens 1-0. Douville, victime d'une hépatite virale qui l'éloignera plusieurs mois des terrains, est remplacé par Angué et Crapoulet est absent suffisamment longtemps, suite à une inflammation aux adducteurs, pour que Germain M'Bemba soit reconverti arrière latéral. Si le parcours aller se termine par deux défaites et ne voit que trois victoires en huit matchs à Venoix, il s'avère cependant globalement satisfaisant, compte-tenu du statut de promu et des interrogations initiales.
Vers le maintien.
Le parcours retour commence par une défaite à la dernière minute à Quimper, mais Caen finit l'année 1984 par une victoire presqu'indispensable face à Dunkerque, Pichard marquant à la dernière minute, permettant ainsi un écart confortable de cinq points avec le premier relégable qui est justement Quimper. Au retour de la trêve, après avoir perdu 3-0 à Guingamp en concédant un premier but contre son camp d'Avrillon lié à une mésentente avec Angué, l'équipe effectue une bonne série de cinq matches sans prendre de but. Malherbe chute alors lourdement à Venoix 4-1 face à des Havrais réalistes. A l'issue de cette rencontre, Mankowski est furieux contre Naciri qui a joué blessé et qui est remplacé peu avant la mi-temps. On ne le reverra pas en division 2. Naciri aura de toute façon déçu assez vite, créant un problème au poste de meneur de jeu. Au cours des matchs aller, Théault a occupé celui-ci mais, si la technique est là, le physique ne suit plus. La recrue Pérennes ne s'est pas montrée convaincante et c'est le choix de Pichard qui s'est avéré le plus pertinant. Les Caennais gagnent ensuite à Angers, ce qui assure pratiquement le maintien. Libérés et sans complexe, ils s'imposent 2-1 après avoir mené 2-0, Delval sauvant de plus sur sa ligne peu avant la fin. C'est sur le même score qu'ils battent Rennes de manière convaincante, cette victoire contre un futur promu constituant le sommet de leur saison.
La fête à Venoix pour conclure.
Ce sont encore six matches sans défaite qui sont réalisés par Malherbe jusqu'au nul face à Orléans où l'on assiste au retour de Douville, Angué ayant subi une fracture du métacarpe. Les Caennais ont même été jusqu'à pointer à la huitième place. L'avant-dernière rencontre à Mulhouse voit Malherbe résister longtemps face au leader. Malgré un dispositif défensif renforcé, les Caennais encaissent deux buts dans les six dernières minutes. Ils perdent pour finir à Venoix contre VA avec un Crapoulet héros malheureux : il marque le but mais aussi contre son camp. Cette rencontre a un fort contenu émotionnel : c'est la dernière de Douville et c'est un hommage que Mankowski rend à Gauvain. Celui-ci, trop diminué par les séquelles de sa fracture, n'a pu jouer en division 2 et il rentre à six minutes de la fin. Le public, ravi du maintien, réclame un tour d'honneur à ses protégés.
 

Effectif

Gardiens

Douville (15), Angué (19)

Défenseurs

Lefol (20), Théault (34-1), Delval (34), Avrillon (34-3), Crapoulet (27-2), M'Bemba (13), Robiolle (1)

Milieux

Naciri (13), Gauvain (1), Pérennes (7), Roques (32-3), Point (28-2), Agostini (6)

Attaquants

Pichard (29-8), Lebourgeois (31-5), Divert (6), Vandeputte (30-5), Hamon (34-4)

Caen à sa place.
Finalement, Caen finit onzième, ex æquo avec le neuvième. Sans cette défaite pour conclure, Malherbe aurait été à cette place. L'équipe aura pris des points contre les équipes qui sont derrière au classement et peiné face aux ténors du groupe, sauf lors de la réception de Rennes. 3061 spectateurs ont, en moyenne, assisté aux matchs.
Timides buteurs.
Pichard est le meilleur buteur de l'équipe en marquant à huit reprises contre cinq à Vandeputte et Lebourgeois.
Déception en Coupe.
En Coupe de France, Caen est éliminé en trente-deuxièmes de finale par Rouen, mal classé en division 1, en perdant 2-1 à Cherbourg, Point ne marquant qu'à l'ultime minute.Ce résultat est d'autant plus décevant qu'il a lieu au cœur d'une bonne période en championnat.

CHAMPIONNAT : DEUXIEME DIVISION GROUPE A

Matches aller

Matches retour

VALENCIENNES-CAEN 1-1

 QUIMPER-CAEN 1-0

 CAEN-QUIMPER 4-2

 CAEN-DUNKERQUE 1-0

 DUNKERQUE-CAEN 3-0

 GUINGAMP-CAEN 3-0

 CAEN-GUINGAMP 1-1

CAEN-RED STAR 0-0

RED STAR-CAEN 1-3

 ABBEVILLE-CAEN 0-2

 CAEN-ABBEVILLE 1-1

 CAEN-BESANCON 1-0

 BESANCON-CAEN 3-1

STADE FRANCAIS-CAEN 0-0

CAEN-STADE FRANCAIS 1-1

 CAEN-REIMS 0-0

 REIMS-CAEN 1-0

 CAEN-LE HAVRE 1-4

 LE HAVRE-CAEN 1-0

 ANGERS-CAEN 1-2

 CAEN-ANGERS 1-0

 CAEN-RENNES 2-1

 RENNES-CAEN 3-1

 SEDAN-CAEN 1-1

 CAEN-SEDAN 1-1

 CAEN-CHATEAUROUX 3-1

 CHATEAUROUX-CAEN 1-3

 AMIENS-CAEN 0-0

 CAEN-AMIENS 1-0

CAEN-ORLEANS 0-0

ORLEANS-CAEN 2-0

MULHOUSE-CAEN 2-0

CAEN-MULHOUSE 0-1

CAEN-VALENCIENNES 1-3

11ème, 33 points, 11 victoires, 11 nuls, 12 défaites, 33 buts marqués, 40 buts encaissés

COUPE DE FRANCE

7ème tour

US LAVAL (PH)-CAEN 0-2

8ème tour

UCK VANNES (D3)-CAEN 0-2 ap

32èmes

ROUEN (D1)-CAEN 2-1

 

Compositions d'équipe et buteurs de la saison

 

1983/84

 

Accueil

 

1985/86