1986-87

Photo : X  (Malherbe d'hier et d'aujourd'hui)

Debout : Douville, Viard, Bensoussan, Pesin, Lebourgeois, Bala, Montanier, Mankowski.
Assis : Prieur,Pichard, Scipion, Hamon, Point, Pécout.
Accroupis : Moreau, Rolland, M'Bemba, Avrillon, Delval, Hainsselin.

Un duo magique en attaque.
Le manque de réalisme offensif durant la saison écoulée oriente le recrutement. Ainsi, Philippe Prieur arrive du Havre et l'international (cinq sélections) Eric Pécout de Strasbourg, après avoir joué à Nantes où il a marqué trois buts en finale de la coupe de France 1979, et Monaco, clubs dans lesquels il a été champion de France. Christian Pesin vient de Quimper au poste de milieu défensif et Malherbe donne leur chance à François Rolland (milieu) et Samuel Hainsselin (attaquant ), deux jeunes éléments de l'ASPTT Caen).
Le drame de Stéphan.
Malheureusement, Guy Stéphan est victime d'un terrible accident de voiture juste avant le début du championnat et une fracture de la jambe met fin à sa carrière de joueur. L'importance du poste de meneur de jeu est telle que le SMC le remplace par Thierry Moreau, qui est prêté par Le Havre. C'est un Caennais qui a débuté en pupilles à Malherbe, sous la direction de Pascal Théault. Celui-ci, qui continue son oeuvre de formateur auprès des jeunes du club, évoluera libéro en réserve où Roques et Lefol seront également présents.
 

Transferts

Arrivées

Prieur (Le Havre), Pécout (Strasbourg), Pesin (Quimper), Rolland (PTT Caen), Hainsselin (PTT Caen), Moreau (Le Havre), Muslin (Brest).

Départs

Vandeputte (Bourges), Crapoulet (Angoulême), Stéphan (arrêt), Lemesle (Cuiseaux-Louhans), Angué, Pérennes.

Le hors d'oeuvre PSG.
Avant la reprise du championnat, le SMC dispute la Coupe de la Ligue naissante et organisée en poules. Il passe les deux tours, et bat notamment deux fois Paris SG 1-0, puis 3-2 à Venoix. Ce dernier match voit Mankowski utiliser un audacieux dispositif tactique en 3-3-2-2.
 

CAEN-PARIS SG 3-2 (Pécout 2, Pichard)

Bensoussan; Bala, Scipion, Avrillon; Point, Pesin, Hamon; Pichard, Moreau; Prieur, Pécout

L'obstacle niortais.
La saison commence en fanfare par une victoire 5-0 contre La Roche sur Yon avec des doublés de Pichard et Pécout. Cependant, le deuxième match a lieu à Niort et cette équipe est transcendée par l'arrivée d'Abedi Pelé, tandis que Pécout est absent et que la fatique de la Coupe de la Ligue est indéniable : une défaite nette 2-0 sanctionne la rencontre. Dès lors, Caen va progresser dans le championnat à distance respectable des Niortais, le concurrent le plus direct pour la deuxième place étant Mulhouse.
Serial buteurs.
La réception des Valenciennois confirme qu'au moins à domicile, l'efficacité offensive est là et c'est Prieur qui délivre son équipe, pourtant menée à deux reprises, peu avant la fin. Défaits à Reims 1-0 en ne pouvant pas, malgré leur domination, rattraper un but encaissé d'entrée, les Caennais alignent deux impressionnantes séries de quatre puis cinq victoires encadrant une défaite à Tours. La première partie de cette envolée les voit marquer douze fois. Prieur est redoutable de réalisme et, quand il se fait expulser contre Orléans, Pécout prend le relais en réalisant un doublé. Même lorsque le SMC a du mal, il parvient à s'en sortir, comme contre Saint-Dizier où une bévue de Bensoussan permet à cette équipe de marquer de la main tôt dans le match et où Pichard finit par signer le but victorieux à sept minutes de la fin. Peu à l'aise face au Red Star dernier avec un seul point marqué, Caen l'emporte dans la souffrance, encore fois grâce à son duo d'attaquants. 
Moreau blessé à son tour, Muslin arrive.
Contre Beauvais, Bensoussan sauve la victoire en arrêtant un pénalty, mais Thierry Moreau est victime d'une entorse de la cheville, la conséquence étant  un mois et demi de plâtre. Malherbe finit les matchs aller sans meneur de jeu et cela se ressent à l'extérieur. A dix contre Mulhouse pendant une mi-temps, suite à l'expulsion de MBemba, les Caennais égalisent par Prieur, mais se font battre trois minutes avant l'échéance. Ils perdent à Abbeville pour le dernier match aller. Dans l'urgence, Caen recrute Slavo Muslin pour occuper le poste, le joueur étant prêté par Brest. Au retour de Moreau, Muslin accompagnera celui-ci au milieu ou glissera au poste de libero, Scipion devenant dans ce cas arrière gauche.
Caen jamais nul.
A la fin du parcours aller, le SMC, qui n'a fait aucun match nul, est troisième à deux points de Mulhouse et sept de Niort, équipe qui caracole en tête et qui est toujours invaincue.
Niort tombe à Venoix.
Le premier match retour est donc Caen-Niort, qui a lieu  devant 11000 spectateurs. La rencontre est spectaculaire et mouvementée. Caen, renforcé par Muslin dont c'est la première apparition, ouvre la marque rapidement, puis Pichard se blesse et Niort égalise à la quarantième minute, mais Hamon redonne l'avantage à son club dès la reprise. Après l'expulsion de Scipion, Malherbe se retrouve acculé à son but, mais Prieur conclut un contre à dix minutes de la fin. Même si Pelé réduit le score dans les arrêts de jeu, Caen gagne 3-2 et c'est la première défaite des Chamois.
Mano a mano avec Mulhouse.
Malgré la fatigue et quelques absents (outre Moreau, Pichard est blessé tout comme Pécout peu après) et une élimination de la Coupe de la Ligue par Cannes, Caen s'en sort bien jusqu'à la trêve, battant notamment Reims, rival direct, grâce à un but in-extremis d'Hamon. Lorsque la pause hivernale survient, l'équipe est troisième à un point de Mulhouse et six de Niort. Le championnat ne reprend que trois mois après et, pendant les matches retour, le duel avec Mulhouse bat son plein. Caen a plus de mal à s'imposer et, en dehors d'un 5-0 face à Amiens avec un triplé de Prieur, les scores sont plus serrés. A Angers, Bensoussan arrête un pénalty et son homologue angevin aussi. Heureusement, lorsque Caen perd 3-2 à Saint-Dizier dans les dernières minutes en ayant mené 2-1, les Alsaciens sont battus aussi.  A quatre rencontres de la fin, Caen devance Mulhouse d'un point et reçoit cette équipe devant 9000 spectateurs. Malgré une domination territoriale, Malherbe se contente d'un nul 0-0, Scipion sauvant même un but sur sa ligne.
Barragistes !
Le SMC gagne difficilement à Quimper en résistant après un but rapide de Muslin, puis bat Abbeville grâce à Lebourgeois à dix minutes de la fin tandis que Mulhouse perd à Tours. A l'issue de ce succès, les joueurs font un tour d'honneur. Pour finir, Caen est deuxième, à sept points de Niort, ce qui donne l'avantage de recevoir le troisième de l'autre groupe pour le pré-barrage.
Caen-Cannes perdu sans cancaner.
Ce troisième est Cannes, équipe très expérimentée aux mains de Jean Fernandez, avec des joueurs comme Primorac, Moizan, Emon et Savic. C'est d'ailleurs ce dernier qui ouvre le score à la cinquantième minute, mais Caen égalise trois minutes plus tard, par Prieur. Malheureusement, Primorac donne la victoire à Cannes et Malherbe, étouffé par un milieu cannois à cinq éléments concocté par Fernandez, est déçu par ce match, mais heureux de sa saison, même en devant repartir en division 2. Cannes ira par contre jusqu'au bout et montera en division 1.
Les PP flingueurs.
Prieur termine quatrième buteur avec seize réalisations, Pécout ayant quant à lui marqué à treize reprises. L'affluence moyenne n'a jamais été aussi haute, avec 4682 spectateurs. Il faut dire que Caen a été exceptionnel à domicile, avec seize victoires pour un seul nul concédé face à Mulhouse. Fin 1987, Mankowski sera élu meilleur entraîneur de division 2. Cette récompense sera renouvelée en 1988. Prieur sera, quant à lui, désigné meilleur joueur de division 2.

Effectif

Gardiens

Bensoussan (34)

Défenseurs

Delval (32-2), Avrillon (34-3), Bala (33-1), M'Bemba (10), Scipion (31-2)

Milieux

Hamon (26-3), Moreau (24-2), Point (31-4), Pesin (25), Muslin (15-1), Pichard (30-7), Rolland (3)

Attaquants

Lebourgeois (30-6), Divert (13-2), Pécout (21-13), Prieur (28-16), Hainsselin (1)

Un adversaire européen.
En coupe de France, après avoir éliminé Dunkerque 1-0 en trente-deuxièmes de finale, Caen trouve le Toulouse FC de Santini sur sa route au tour suivant. Le TFC est auréolé de sa victoire en coupe d'Europe contre Naples, puis de son succés à domicile contre Moscou. Le match aller est très physique et Caen concède une défaite 1-0 après avoir défendu bec et ongles.

Le retour a lieu devant 10400 spectateurs, mais l'intérêt du match disparaît après douze minutes, Bensoussan marquant contre son camp suite à un coup franc anodin. Le ressort malherbiste est cassé et l'égalisation de Divert à quatre minutes de la fin relève de l'anecdote, même si elle sauve l'honneur.
Départ des meneurs de jeu.
Les deux joueurs prêtés retournent dans leurs clubs respectifs : Moreau au Havre, où il jouera encore sept saisons avant d'aller à Toulouse puis Amiens, et Muslin devient directeur sportif de Brest, dont il deviendra l'entraîneur, poste qu'il occupera ensuite à Pau, Bordeaux, Lens, Le Mans et l'Etoile rouge de Belgrade.
Le dernier défi du joueur Théault.
La réserve, toujours dirigée par Yannick Carreau, se maintient en division 3. Pascal Théault, qui a participé à ce défi, cesse en fin de saison son activité de joueur pour se dévouer corps et âme à cette préformation qui lui est si chère.

Photo : X  (fournie par Pascal Théault)

CHAMPIONNAT : DEUXIEME DIVISION GROUPE A

Matches aller

Matches retour

CAEN-LA ROCHE 5-0

 CAEN-NIORT 3-2

 NIORT-CAEN 2-0

 VALENCIENNES-CAEN 1-1

 CAEN-VALENCIENNES 3-2

 CAEN-REIMS 1-0

 REIMS-CAEN 1-0

GUINGAMP-CAEN 1-3

CAEN-GUINGAMP 3-0

 CAEN-DUNKERQUE 3-1

 DUNKERQUE-CAEN 0-3

 STRASBOURG-CAEN 1-1

 CAEN-STRASBOURG 4-1

ORLEANS-CAEN 1-1

CAEN-ORLEANS 2-0

 CAEN-TOURS 2-1

 TOURS-CAEN 1-0

 SAINT-DIZIER-CAEN 3-2

 CAEN-SAINT-DIZIER 2-1

 CAEN-AMIENS 5-0

 AMIENS-CAEN 0-1

 ANGERS-CAEN 0-0

 CAEN-ANGERS 3-0

 CAEN-RED STAR 1-0

 RED STAR-CAEN 2-3

 BEAUVAIS-CAEN 2-0

 CAEN-BEAUVAIS 3-2

 CAEN-MULHOUSE 0-0

 MULHOUSE-CAEN 2-1

QUIMPER-CAEN 0-1

CAEN-QUIMPER 3-0

CAEN-ABBEVILLE 1-0

ABBEVILLE-CAEN 2-0

LA ROCHE-CAEN 1-1

2ème, 48 points, 21 victoires, 6 nuls, 7 défaites, 62 buts marqués, 30 buts encaissés

Barrages

CAEN-CANNES 1-2

COUPE DE FRANCE

7ème tour

SABLE (DH)-CAEN 0-1

8ème tour

CAEN-SAINT QUENTIN (D3) 4-0

32èmes

CAEN-DUNKERQUE (D2) 1-0

16èmes aller

TOULOUSE (D1)-CAEN 1-0

16èmes retour

CAEN-TOULOUSE (D1) 1-1

 

Compositions d'équipe et buteurs de la saison

 

1985/86

 

Accueil

 

1987/88