1991-92 : qualification en coupe de l'UEFA

Photo : X (Passeport pour l'Europe)

Debout :  Rio, Montanier, Dumas, Paille, Lebourgeois
Accroupis : Olsen, Cauet, Görter, Point, Germain, Dangbeto 

Divert quitte Caen.
Le transfert majeur est celui de Divert. Il devait partir à Bordeaux mais le dépot de bilan suivi de la relégation administrative des Girondins annulent cette destination. Il va à Montpellier pour une somme nettement inférieure à celle prévue avec Claude Bez. Il finira la saison avec deux sélections de plus en équipe de France (avec un but) et sera retenu par Platini pour l'Euro 92 en Suède, sans jouer cependant. La suite de sa carrière s'effectuera essentiellement dans le club de Louis Nicollin, avant de s'arrêter tristement à Guingamp en 1995/96 suite à une blessure au pied.
Deux attaquants dont on reparlera.
Den Boer s'en va aussi : il n'aura marqué que quatre buts. L'attaque est donc à refaire. Dans cette optique, Caen recrute l'international Stéphane Paille, au profil mouvementé : il vient de Porto, mais avait été formé à Sochaux puis joué à Montpellier et Bordeaux. Il est associé à Xavier Gravelaine, initialement à Nantes mais prêté ensuite à Pau, Saint-Seurin et enfin Laval d'où il arrive. Pickeu est également de retour de son prêt à Tours. Il sera principalement utilisé comme joker offensif.
Un nouveau meneur de jeu.
Rix partant au Havre, Caen le remplace au poste de meneur de jeu par le Hollandais Willy Görter en provenance du club suisse de Lugano. Il n'y a pas de recrue en défense où  Germain effectuera lui aussi sa reconversion, avec un rôle polyvalent.
Lebourgeois au centre.
Par contre, Dangbeto évolue vers le milieu de terrain droit, mais on le verra encore arrière droit. En fait, Point ne va que très peu jouer à cause de problèmes récurrents au genou et Lebourgeois glissera dès le deuxième match défenseur central aux côtés de Dumas.
Retour de Tanier.
Enfin, Montanier est de retour de Nantes, où il n'a pu s'imposer à Marraud. Lemasson, suite à des problèmes relationnels en fin de saison écoulée, est écarté de l'équipe et devra s'entraîner seul, sans même être payé, jusqu'à son départ pour Montpellier à la trêve.
 

Transferts

Arrivées

Görter (Lugano), Pickeu (Tours), Rio (Metz), Rubens (Rio), Gravelaine (Laval), Montanier (Nantes), Rival (INF Vichy).

Départs

Divert (Montpellier), Panzardo (Penarol Montevideo), Garcia (Martigues), Rix (Le Havre), Lemasson (Montpellier), Den Boer, Meliouh.

Un niveau de jeu qui s'élève.
Caen ne prend pas de but au cours des quatre premières journées, alternant victoire 1-0 à domicile et nul 0-0 à l'extérieur, notamment à Lens pour le premier d'un triple affrontement.

Photo : X (Allez Caen Mars 1992 spécial Coupe de France)

Debout :  Olsen Montanier, Avenet, Paille, Lebourgeois
Accroupis : Dangbeto, Rio, Cauet, Germain, Dumas, Görter 

LENS-CAEN 0-0

Montanier; Dangbeto, Dumas, Lebourgeois, Avenet; Cauet, Rio, Görter, Olsen; Germain, Paille

Notamment, le succès contre Auxerre est l'occasion d'une première heure exceptionnelle où Caen montre à quel niveau son jeu peut s'élever.
Marseille gagne à Venoix.
Mais après avoir été battu à Nantes à l'ultime minute, Malherbe perd 3-1 à Venoix contre l'OM du trio magique Waddle-Papin-Pelé, JPP s'offrant encore un doublé. Il crucifiera les Caennais sur penalty après que Marseille eut mené 2-0 à la pause. Cependant, un but de Pickeu et un autre refusé à Rio auraient pu retourner la situation. Caen se reprend en obtenant un nul à Lyon et les sept journées suivantes voient le retour de l'alternance victoire à Venoix/défaite en déplacement.
Paris chute à Venoix (ter).
Paille marque quatre buts lors du 5-1 contre Nancy et un Paris SG ultra défensif vient se faire battre 2-0. Au passage, le SMC s'offre même le leader Monaco battu 1-0 avec un but de Gravelaine.
Délivrance à Lille.
Lorsque Caen, huitième, se présente à Lille, il n'a pas obtenu de victoire hors de ses bases depuis deux saisons et sept matches, soit 45 rencontres ! Dès lors, on conçoit la délivrance des Caennais après une victoire 2-1 qui met fin à cette série et qui est d'autant plus méritoire que Lille avait ouvert le score d'entrée de jeu sur penalty.
 

LILLE-CAEN 1-2 (Dangbeto, Cauet)

Montanier; Dangbeto, Dumas, Lebourgeois, Germain; Cauet, Rio, Görter (Fournier 82è), Olsen; Gravelaine, Paille (Pickeu 82è)

L'équipe aux portes du podium.
Libérés, les Malherbistes gagneront encore à Nîmes, tant et si bien qu'ils se retrouvent troisièmes, et même deuxièmes ex æquo, à la fin des matches aller, puis encore deux journées plus tard lorsqu'ils se déplacent à Auxerre. Après une demi-heure conforme à leur prestation habituelle, où Rio ouvre le score, les Caennais s'enlisent et encaissent un sévère 5-1. Contre Nantes à Venoix, menant 1-0 contre dix Nantais, ils concèdent l'égalisation. Puis, à Marseille, l'OM les corrige 5-0. L'arrivée de la trêve les voit cependant cinquièmes à égalité avec Paris SG.
Le club au bord du gouffre.
Parallèlement à ce remarquable parcours sportif s'est aussi joué durant trois mois l'avenir du club. Au terme d'un audit, il s'avère que l'année 1991 allait se clore sur un passif qui sera finalement estimé à près de 36 millions de francs. De fait, les joueurs n'ont pas été payés pendant ces deux mois où ils ont été si bons ! Grâce à une réaction des collectivités locales doublée de la participation de trente et une entreprises, le club peut annoncer en décembre son sauvetage et l'apparition d'une nouvelle équipe dirigeante, à la tête de laquelle figure Guy Chambily. Domergue quitte le club et Jean-Claude Médot est nommé directeur sportif. Fin 1991, Daniel Jeandupeux est désigné meilleur entraîneur du championnat.
L'effectif se réduit.
A la reprise, Caen se trouve privé de deux joueurs. Point a fini par être opéré du genou. Jesper Olsen, reconverti arrière gauche peu avant la fin des matches aller, est victime d'une pubalgie. Non opérationnel avant longtemps, il préfère rompre à l'amiable son contrat. Malgré cela, Malherbe gagne 1-0 à Venoix contre Lyon et au Havre.
Rio dans le livre des records.
Un peu plus tard, Rio marque contre Cannes le but le plus rapide de l'histoire du football. Après un engagement de Paille sur Görter et une passe de celui-ci, il conclut après huit secondes par une reprise de volée.
L'Europe in extremis.
Caen effectue ensuite une série moyenne qui ne le voit pas gagner pendant cinq rencontres (trois nuls), laissant aussi des forces et Montanier en coupe de France. Cependant, le SMC trouve les ressources pour gagner à Metz, étant alors sixième à trois journées de la fin. Après une victoire contre Nîmes et une défaite à Sochaux qui se bat pour ne pas descendre, Caen reçoit Toulouse à la dernière journée avec comme but la cinquième place. Le TFC s'accroche par l'intermédiaire d'un Barthez en grande forme, un but de Dangbeto est annulé, mais à la soixante-cinquième minute, Cauet libère son équipe qui gagne 1-0 et réalise son objectif, battue par Auxerre à la différence de buts.
 

Photo : X  (Passeport pour l'Europe)

Debout : Peteyrens, Germain, Avenet, Paille, Gravelaine, Lebourgeois.
Accroupis : Dangbeto, Cauet, Dumas, Görter, Rio.

CAEN-TOULOUSE 1-0 (Cauet)

Peteyrens; Avenet, Dumas, Lebourgeois  (Fournier 85è), Germain; Cauet, Dangbeto, Rio, Görter; Gravelaine, Paille (Pickeu 90è)

Match de légende en Coupe.
En coupe de France, Caen commence par éliminer Pont l'Abbé puis reçoit Lens en seizièmes de finale. Görter et Dangbeto donnent l'avantage à leur équipe après vingt minutes de jeu. Puis Lens réduit le score et rate un penalty. En deuxième période, les Nordistes égalisent et sur l'action, Montanier se fracture le pouce ... sur la tête du Lensois égalisateur. Avec courage, il finira le match mais sa saison s'arrêtera après celui-ci. Caen reprend l'avantage par Gravelaine, mais le temps réglementaire s'achève sur le score de 3-3.  Lens marque un quatrième but en première mi-temps de prolongation, mais le joker Pickeu égalise en seconde tandis qu'une minute plus tard, Gravelaine adresse une transversale à Görter qui contrôle, frappe et conclut un score final de 5-4 !
 

CAEN-LENS 5-4 ap (Görter 2, Dangbeto, Gravelaine, Pickeu)

Montanier; Debotté (Pickeu 101è), Dumas, Lebourgeois, Gautier (Rival 28è); Cauet, Dangbeto, Rio, Görter, Olsen; Gravelaine, Paille

Marseille gagne à Venoix (bis).
Au tour suivant, Caen reçoit Pau entraîné par Muslin. L'organisation et l'engagement des Palois posent des problèmes majeurs aux Caennais qui ne doivent qu'à un exploit de Peteyrens de ne pas se faire éliminer à deux minutes de la fin. Pendant les tirs au but, ce même gardien arrête un penalty, permettant à Malherbe de recevoir Marseille en quarts de finale. Coup dur : Dumas est suspendu au dernier moment. Dangbeto ouvre le score mais un cafouillage d'Avenet le conduit à faire une faute sur Pelé et Sauzée transforme le penalty juste avant la mi-temps. Au retour des vestiaires, Papin double la mise avant que Pelé n'achève les Caennais.
 

CAEN-MARSEILLE 1-3 (Dangbeto)

Peteyrens; Avenet, Fournier, Lebourgeois, Germain; Cauet, Dangbeto, Rio, Görter (Rival 64è), Olsen; Gravelaine, Paille (Pickeu 64è)


Effectif (matches joués)

Gardiens

Montanier (31), Peteyrens (7)

Défenseurs

Dangbeto (35-1), Fournier (19), Point (9), Lebourgeois (38-1),  Dumas (36-2), Germain (36-1), Rival (10), Gautier(0)

Milieux

Debotté (6), Cauet (37-3), Görter (36-4), Olsen (23), Rio (36-8), Avenet (17-1)

Attaquants

Pickeu (27-4), Gravelaine (34-6), Paille (38-14), Rubens (1), Thimotée (4-1)

Une saison à jamais dans les mémoires.
On sait malheureusement que la coupe de France ne s'achèvera pas cette année-là, suite à la tragédie de Furiani. A l'issue de la saison, la cinquième place qualifie Caen pour la coupe de l'UEFA. Sportivement, l'épopée malherbiste aura été une réussite extraordinaire, que la menace du dépot de bilan puis le sauvetage auront rendu encore plus unique. On ajoutera à cela le début de construction du stade d'Ornano en décembre 1991 pour pallier les insuffisances de Venoix (seulement 8271 spectateurs de moyenne). Enfin, Paille finit quatrième buteur avec quatorze réalisations, à égalité avec Divert.

CHAMPIONNAT : PREMIERE DIVISION

Matches aller

Matches retour

TOULOUSE-CAEN 0-0

 SAINT-ETIENNE-CAEN 1-1

 CAEN-SAINT-ETIENNE 1-0

 CAEN-LENS 2-0

 LENS-CAEN 0-0

 AUXERRE-CAEN 5-1

 CAEN-AUXERRE 1-0

 CAEN-NANTES 1-1

 NANTES-CAEN 2-1

 MARSEILLE-CAEN 5-0

 CAEN-MARSEILLE 1-3

 CAEN-LYON 1-0

 LYON-CAEN 2-2

 LE HAVRE-CAEN 0-1

 CAEN-LE HAVRE 2-1

CAEN-MONTPELLIER 0-0

MONTPELLIER-CAEN 3-1

 NANCY-CAEN 3-0

 CAEN-NANCY 5-1

CAEN-CANNES 3-1

CANNES-CAEN 2-0

 MONACO-CAEN 2-1

 CAEN-MONACO 1-0

 CAEN-RENNES 0-0

 RENNES-CAEN 1-0

PARIS SG-CAEN 3-1

CAEN-PARIS SG 2-0

CAEN-LILLE 3-3

LILLE-CAEN 1-2

TOULON-CAEN 0-0

CAEN-TOULON 4-1

METZ-CAEN 1-2

CAEN-METZ 1-0

CAEN-NIMES 2-0

NIMES-CAEN 0-1

SOCHAUX-CAEN 2-0

CAEN-SOCHAUX 1-1

CAEN-TOULOUSE 1-0

5ème, 44 points, 17 victoires, 10 nuls, 11 défaites, 46 buts marqués, 45 buts encaissés

COUPE DE FRANCE

32èmes

PONT L'ABBE (DH)-CAEN 0-2

16èmes

CAEN-LENS (D1) 5-4 ap

8èmes

PAU (D3)-CAEN 0-0 ap (3-5 tab)

Quarts

CAEN-MARSEILLE (D1) 1-3

 

1990/91

 

Accueil

 

1992/93